Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Saint-Pierre-du-Mont : les opposants au parking payant de Menasse plus que jamais mobilisés

mercredi 30 mai 2018 à 21:31 Par Valérie Mosnier, France Bleu Gascogne

Les travaux ont commencé sur le parking de la base de loisirs du Marsan, à Saint-Pierre-du-Mont. Dans quelques jours, le parking va devenir payant : 2 euros. Mais, la décision de Mont-de-Marsan Agglomération ne fait pas l'unanimité. La pétition lancée début mai a recueilli plus de 2.000 signatures.

La pétition pour demander le retour de la gratuité du parking de la base de loisirs du Marsan a recueilli plus de 2.000 signatures
La pétition pour demander le retour de la gratuité du parking de la base de loisirs du Marsan a recueilli plus de 2.000 signatures © Radio France - Valérie Mosnier

Saint-Pierre-du-Mont, France

Plus de  2.000 personnes ont signé la pétition pour demander le retour de la gratuité du parking de la base de loisirs du Marsan, à Saint-Pierre-du-Mont. L'Agglomération de Mont-de-Marsan l'a annoncé début mai : il faudra payer deux euros cet été pour se garer entre 11 heures et 20 heures, durant toute la période estivale et ça quelque soit la durée de stationnement (sauf si vous allez au restaurant de la base de loisirs). Depuis, les opposants sont montés au créneau pour contester cette décision qu'ils qualifient d'"anti-démocratique"

Une pétition a été lancée sur internet et sur papier, du tractage est aussi organisé. Une lettre ouverte signée par plusieurs partis politique de gauche (Génération.s-Les Insoumis-EELV et le PCF) a été adressée au président de Mont-de-Marsan Agglomération, Charles Dayot et au vice-président en charge du tourisme, Joël Bonnet, également maire de Saint-Pierre-du-Mont. Ce courrier est pour l'instant resté sans réponse. Un silence qui "marque deux choses, une part d'arrogance, ils ont majoritaires, donc ils ont raison, _et du mépris pour les habitants_, celles et ceux qui ne pourront plus profiter de ce lieu à cause d'une mise en place d'une tarification" explique Julien Paris, conseiller municipal "Génération.s" de Saint-Pierre-du-Mont, et à l'origine de la pétition.

Les travaux pour l'installation des barrières du parking payant de Ménasse semblent avoir débuté - Radio France
Les travaux pour l'installation des barrières du parking payant de Ménasse semblent avoir débuté © Radio France - Valérie Mosnier

Les signataires de la lettre ouverte dénoncent une décision prise sans concertation, "ni avec les habitants, ni même avec les élus communautaires" rajoute Julien Paris, qui avoue cependant que le sujet a été "abordé très rapidement, en commission des finances par le vice-président en charge des finances, qui a émis cette hypothèse, mais l'ensemble des élus présents se sont dits opposés à la mise en place d'une tarification et donc l'hypothèse a semble t-il été balayée"

Injuste et Injustifiable

Les raisons du mécontentement sont nombreuses : la tarification bien sûr. Un usager, qui vient régulièrement à Menasse depuis une dizaine d'années raconte qu'il voit "énormément de personnes, qui ont de petits moyens et qui viennent plusieurs fois par semaine. Donc elles viendront beaucoup moins ou pas". Le bus ? Le vélo ? Le covoiturage ? Marie, qui habite Mont-de-Marsan, n'y croit pas : "Ceux qui viennent à plusieurs, payer le bus pour chaque personne ! Et puis le covoiturage c'est des familles qui viennent là, donc c'est pas possible." Face à eux, la représentante d'Europe Ecologie les Verts, Marie-Claire Dupouy, s'énerve : "J'ai l'impression que ceux qui prennent les décisions, ce sont ceux qui ont des piscines, pour qui deux euros c'est rien ! Et qui, quand ils veulent se promener au grand air, ne viennent pas ici. _C'est quand même une déconnexion de la vie quotidienne des gens !_"

L'argument économique ne tient pas non plus pour Julien Paris. La tarification "c'est une estimation de 50.000 euros de recettes annuelles, ce sont les chiffres de l'Agglomération, et le coût est de 120.000 euros. Mais enlevez la mise en place d'une billetterie payante, les travaux, la baisse d'affluence, et l'emploi de personnels pour gérer les billets... Donc, _les 50.000 euros, il ne restera rien, ce sera même un coût supplémentaire pour la collectivité._"

Il y a aussi la question de la sécurité pour accéder au site, depuis la 2X2 voies, ou depuis le parking du plan d'eau dédié à la pêche. Les opposants ont beaucoup de questions. 

Si nous devons laisser passer les gens gratuitement en bloquant les barrières, nous le ferons - Julien Paris

"Rien est inéluctable, rien est irréversible" dit, convaincu, un militant de la France Insoumise. Les opposants à cette tarification du stationnement à Menasse n'ont effectivement pas l'intention de lâcher. Ils vont continuer à faire circuler leur pétition, ils ont aussi prévu d'adresser un courrier à tous les élus communautaires et d'êtres présents lors du prochain conseil communautaire, le 19 juin à Mont-de-Marsan. Avec cette  action, les opposants veulent mettre les élus de l'agglomération "devant leurs responsabilités. Le fait que des décisions sont prises sans leur avis, et aucune discussion", explique Elodie Escaffre, qui représente le Parti Communiste sur Saint-Pierre-du-Mont.

"Nous tiendrons bon ici" affirme Julien Paris "aujourd'hui,si on laisse passer ce sera à Saint-Pierre-du-Mont, mais les autres lacs de baignade du département subiront les mêmes effets néfastes". A ses côtés, le représentant de la France Insoumise, Chrisitian Pey, ajoute : "Si le maire est attentif à l'intérêt et à la voix de ses concitoyens, il sera bien obligé de faire marche arrière et le plus tôt serait le mieux."

"Nous resterons présents sur cette base nautique et si nous devons laisser passer les gens gratuitement en bloquant les barrières, nous le ferons !" conclut le conseiller municipal.