Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Landes : les travaux d'une maison à l'arrêt à cause d'une erreur de huit centimètres

-
Par , France Bleu Gascogne

En raison d'une erreur d'implantation d'une maison à Labatut (Landes), les travaux sont à l'arrêt depuis l'été 2019. Le couple de clients met en cause la société de construction.

Les travaux sont à l'arrêt depuis l'été 2019 à Labatut (Landes)
Les travaux sont à l'arrêt depuis l'été 2019 à Labatut (Landes) - Photo fournie par Sébastien Chobert

C'est une situation aberrante qui pourrit la vie d'un couple de Landais depuis plusieurs mois que France Bleu Gascogne vous raconte ce vendredi 25 décembre. Sébastien Chobert et sa compagne, âgés de 47 et 48 ans, n'ont pas pu s'installer dans leur maison, dont les travaux auraient dû être terminés en mars dernier à Labatut (Landes), à cause d'une erreur de construction de huit centimètres. Leur maison n'a pas été construite au bon endroit, mais huit centimètres à côté. C'est ce qu'on appelle une "erreur d'implantation". Cette erreur de positionnement peut sembler anecdotique, mais la conséquence est redoutable : construite au maison endroit, la maison ne respecte plus le plan local d'urbanisme

Tout commence début 2019 quand Sébastien Chobert et sa compagne décident de faire bâtir une maison à Labatut et confient les travaux à la société Littoral Habitat / LCA, une entreprise rompue à la construction de maisons en Gironde et dans les Landes. 

La maison est "en biais"

Les travaux débutent en mars 2019 et tout semble relativement bien se dérouler jusqu'à ce qu'un ami de Sébastien Chobert constate que la maison ne semble pas droite : elle n'est pas construite à l'emplacement exact prévu sur le plan mais légèrement à côté. Un géomètre confirme l'erreur d'implantation. "La maison est en biais" décrit aujourd'hui Alain Alba, expert en construction et qui intervient dans ce dossier pour défendre les intérêts de Sébastien Chobert et de sa compagne. En clair : alors que la maison devait être construite à trois mètres de la parcelle du voisin, elle se trouve à 2,92 mètres. Or, la réglementation sur la mitoyenneté interdit toute construction à moins de trois mètres d'une parcelle voisine. Construite à cet endroit-là, la maison ne respecte pas le plan local d'urbanisme. Une erreur de débutant selon Alain Alba: "L'implantation d'une maison c'est l'un des fondamentaux de la construction."

Hors de question pour Sébastien Chobert et sa compagne de prendre possession de leur maison en l'état : ce serait prendre le risque qu'un jour un voisin ou la commune leur demande de la détruire, dans la mesure où elle n'est pas en règle.  Ce serait aussi prendre le risque d'une perte de valeur de la maison, s'ils veulent un jour la revendre. 

Le constructeur renvoie la faute au sous-traitant

Si la société Littoral Habitat / LCA reconnaît l'erreur d'implantation, elle renvoie néanmoins la responsabilité à un de ses sous-traitants. "Notre sous-traitant s'est en effet trompé de quelques centimètres lors de l'implantation de la maison" précise la société, jointe par France Bleu Gascogne. Une situation que déplore Sébastien Chobert : "Le constructeur renvoie la faute au maçon sous-traitant, et le maçon renvoie la faute au constructeur, tout le monde se renvoie la balle.

Comment sortir de cette situation ? La société de construction a bien proposé une extension de la maison pour tenter de revenir dans les clous, mais la solution, qui ne respectait toujours pas les règles d'urbanisme, a été rejetée par la commune de Labatut. La société a alors proposé un rabais aux clients sur le prix final de la maison mais Sébastien Chobert et sa compagne ont refusé : ils veulent simplement que leur maison soit construite au bon endroit. 

Un emprunt sur 25 ans 

Pendant ce temps, les travaux sont à l'arrêt, depuis août 2019. La maison est pourtant finie à 90%, payée par les clients à près de 80%. "On est obligé de louer une maison à 150 mètres de notre construction", déplore Sébastien Chobert. Les frais sont très importants : au-delà du loyer, ce couple de Landais doit aussi rembourser des frais intercalaires (frais qui permettent de décaler le remboursement du capital d'un prêt) et des assurances d'emprunt pour près de 400 euros par mois, parce qu'ils se sont endettés sur 25 ans pour financer leur nouvelle maison. Et plus le retard dure pour la livraison de leur maison, plus les frais intercalaires totaux augmentent. 

"On est parti pour quelques années de galère"

Sébastien Chobert, habitant à Labatut

Une situation très difficile à vivre. "Psychologiquement parlant c'est très très dur. Je suis passé aux somnifères pour dormir, quatre somnifères par jour, pour m'assommer" déclare Sébastien Chobert. Il condamne le silence de la société Littoral Habitat / LCA, les procédures qui s'éternisent : "Il n'y a jamais personne au bout du fil." Constat partagé par l'expert Alain Alba, il pointe "de la légèreté, de l'incompétence et un défaut flagrant de considération vis à vis des clients" de la part de Littoral Habitat / LCA. 

Des travaux à l'arrêt à cause d'une erreur de 8 centimètres

Vers une reconstruction de la maison ?

Comment sortir de cette situation ? Alain Alba estime qu'il faudra tout raser, afin de reconstruire au bon endroit. "La maison, pour moi, dans l'état où elle est, il faut la démolir. On est sur un préjudice énorme.

Sébastien Chobert, lui, craint "des années de galère". Il espère que la société de construction acceptera d'elle-même de détruire pour tout reconstruire. Il se dit prêt sinon à saisir les tribunaux pour contraindre Littoral Habitat / LCA à construire sa maison au bon endroit, mais les procédures judiciaires en pareil cas sont très longues. 

Jointe par France Bleu Gascogne, la société Littoral Habitat / LCA estime que la situation est  "inextricable" et précise avoir fait une déclaration à son assurance, en vue d'une expertise prévue le 6 janvier prochain. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess