Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Landes : marche funèbre des avocats de Dax pour alerter sur les risques de la réforme de la Justice

jeudi 29 novembre 2018 à 18:34 Par Frédéric Denis, France Bleu Gascogne

Les avocats dacquois sont allés déposés une gerbe funéraire et un courrier devant la permanence de Lionel Causse ce jeudi à Dax. Ils demandent au député de la majorité de voter contre la réforme de la Justice du gouvernement. Une réforme qui vise, selon eux, à éloigner la Justice des citoyens.

Les avocats dacquois ont déposé une gerbe funéraire devant la permanence du député En Marche Lionel Causse et un courrier pour lui demander de voter contre la réforme de la Justice du gouvernement
Les avocats dacquois ont déposé une gerbe funéraire devant la permanence du député En Marche Lionel Causse et un courrier pour lui demander de voter contre la réforme de la Justice du gouvernement © Radio France - Frédéric Denis

Dax, France

Les avocats dacquois sont toujours en grève contre le projet de loi  réformant la Justice dont l'examen à l'Assemblée Nationale a été suspendu vendredi dernier. Plus de 500 amendements restent au menu, notamment sur des sujets sensibles comme la fusion des tribunaux de grande instance avec les tribunaux d'instance

Les avocats du barreau de Dax ont symboliquement effectué une marche funèbre en centre-ville de Dax ce jeudi en fin de matinée. Ils ont marché du Palais de Justice à la permanence du député LREM Lionel Causse où ils ont déposé une gerbe funéraire sur laquelle on pouvait lire "Justice Morte".

Les avocats dacquois voulaient alerter le député de la majorité et la population sur les dangers que la réforme actuellement en cours de discussion devant l'Assemblée Nationale présente pour les citoyens et pour les tribunaux en France, notamment ceux de Dax et de Mont de Marsan.

Le bâtonnier du barreau de Dax, Cédric Rembliere, explique que "la réforme de la Justice vise à éloigner la Justice des citoyens, à rendre la Justice plus difficilement accessible pour répondre à une logique purement comptable".  Il parle d'une "réforme néfaste" pour la Justice

Selon le bâtonnier de Dax, "la réforme de la Justice pourrait aboutir non pas à fermer un tribunal comme celui de Dax qui fait partie des tribunaux les plus efficaces mais à le vider de sa substance". Cédric Rembliere ajoute qu'il n'y a aucune logique économique qui puisse justifier la suppression d'un tribunal efficace comme celui de Dax.

Les avocats du barreau de Dax mobilisés, ils étaient une trentaine, ont aussi déposé un courrier à l'adresse du député en marche Lionel Causse pour lui demander de voter contre cette réforme de la Justice. Ils ont aussi jeté, chacun leur tour, devant la permanence du député de la majorité, un code par terre (code pénal, code civil etc.) pour symboliser l'abandon du droit dans le sud Landes.

Maître Régine Paralieu-Laborde explique à France Bleu Gascogne le sens de ce cortège funèbre dans le centre-ville de Dax

Cette grève des robes noires dacquoises perturbe le fonctionnement du TGI de Dax : pas d'audience correctionnelle par exemple. Les avocats dacquois décideront ce vendredi matin de la suite de leur mouvement de grève.

Les avocats dacquois ont jeté des codes par terre devant la permanence du député En Marche Lionel Causse pour symboliser la mort du droit si la réforme de la Justice était adoptée - Radio France
Les avocats dacquois ont jeté des codes par terre devant la permanence du député En Marche Lionel Causse pour symboliser la mort du droit si la réforme de la Justice était adoptée © Radio France - Frédéric Denis