Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Tourisme : arnaqués, ils se retrouvent nez à nez avec un autre locataire dans leur maison de vacances landaise

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Gascogne, France Bleu Pays Basque, France Bleu

Une nouvelle arnaque à la location dans les Landes, à Tarnos. Samedi dernier, le locataire d'une maison a eu la surprise de voir arriver deux groupes à quelques heures d'intervalle. Tous les deux avaient réservé la même maison, l'annonce initiale avait été copiée sur le site "le bon coin".

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Jean-François FREY

Célestin était arrivé depuis trois jours à Tarnos, en location dans la maison de Cathy. Samedi dernier, vers 10h30, il entend sonner. Il raconte qu'un groupe de jeunes est devant la porte pour prendre possession des lieux. Surprise de part et d'autre. Célestin est d'abord pris pour l'enfant de la propriétaire, puis ensemble les locataires vérifient et le nom du propriétaire ne correspond pas. Ces jeunes, poursuit Célestin, "avaient payé l'intégralité et ne pouvaient pas rester et sont partis en Espagne"

Mais deux heures plus tard, Vincent et sa famille, venus de la région parisienne, se présentent après plusieurs heures de route, au portail. Il pense s'installer dans une maison réservée deux mois plus tôt. Mêmes explications. La famille se rend compte rapidement qu'elle a été arnaquée. "Tout le monde a pleuré" résume Vincent "on avait les enfants qui voyaient la piscine, qui étaient ravis de venir dans la maison et c'est toutes les économies d'une année qui partent en fumée. Avec des enfants qui sont hyper malheureux".

Contrairement aux jeunes, Vincent n'a versé qu'un acompte. Mais, la somme est importante : 1.800 euros. Face au désarroi de la famille, Célestin lui propose alors de l'aide : "Ils avaient la route dans les pattes, ils étaient fatigués et puis on se met à leur place, on ne voudrait pas qu'on nous laisse sur le pas de la porte, dans la rue, à chercher un camping."

La famille de Vincent a finalement trouvé un camping à Capbreton, qui a pu les accueillir pour une semaine. Mais le cœur n'y est pas : "On a été à la gendarmerie porter plainte, ça secoue un peu quand même... On a appelé les banques, on essaie de s'organiser autrement... C'est sûr que le coin, malheureusement, on ne l'a pas dans notre cœur, alors que la région est magnifique."

Vincent a porté plainte à la gendarmerie de Tarnos. Tout comme la propriétaire de la maison, qui redoute de nouvelles arrivées ce samedi. 

Une annonce bien ficelée

Vincent tient également à témoigner sur la façon dont sa famille s'est faite arnaquée. Que cette mauvaise expérience n'arrive pas à d'autres. L'annonce publiée sur Le Bon Coin "reprenait tous les éléments de la vraie annonce, qui était elle sur AirBnB, avec quelques photos et d'autres qu'il avait gardées sous le coude. Lors de nos échanges, quand nous avons demandé d'autres photos et des explications par rapport à la piscine, il nous a répondu très clairement. Et apparemment, l'autre groupe pareil".

Dans les deux cas, le même nom d'emprunt a été utilisé : "Frédéric Brault". Les contacts entre les locataires floués et le loueur supposé n'ont eu lieu que par mail et par texto. C'est au cours des échanges par mail raconte Vincent, que "le nom Mbida est apparu. Je me suis posé la question, mais sur le contrat le nom apparaissait, je me suis dis que ce devait être mari et femme, un nom composé. Et du coup on ne s'est pas méfié"

Vincent recommande de ne pas faire de virement et d'avoir une conversation téléphonique avec le propriétaire du bien : "Ma cousine a réservé. C'est elle qui a eu les échanges. A chaque fois qu'elle a essayé d'appeler ça ne répondait pas, mais comme il y avait un texto par ailleurs, elle s'est dit la personne est occupée et comme les réponses étaient plutôt précises, on ne s'est pas douté plus que ça."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess