Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Landes : une cagnotte pour financer l'opération de Gabriel

Les parents de Gabriel, habitants à Tarnos (Landes), lancent une cagnotte en ligne pour financer une lourde opération chirurgicale pour leur fils, en Allemagne. Cet enfant de 7 ans, victime d'un AVC, souffre d'hémiparésie, une forme de rigidité du côté droit.

Gabriel, 7 ans, souffre d'une hémiparésie du côté droit
Gabriel, 7 ans, souffre d'une hémiparésie du côté droit - Image fournie par la famille de Gabriel

Tarnos, France

Gabriel, un enfant de 7 ans victime d'un AVC et vivant à Tarnos (Landes), doit subir une lourde opération chirurgicale en Allemagne dans les semaines à venir. Cette intervention, non-remboursée par la Sécurité sociale française, coûte 25.000 euros. Pour la financer, les parents de Gabriel ont décidé de lancer une cagnotte en ligne.

C'est lors de sa naissance que Gabriel a été victime d'un accident vasculaire cérébral (AVC). Aujourd'hui il souffre d'une forme de rigidité du côté droit, appelée hémiparésie. S'il peut marcher, Gabriel ne se déplace pas comme les autres enfants de son âge. "Il tombe plus souvent que les autres, il boîte, il a une attelle de jour, une attelle de nuit, il va en centre de rééducation deux demi-journées par semaine. Il a un côté qui est plus rigide que l'autre, il ne peut pas avoir de mouvements amples" décrit Clémentine Gaudiard, la maman de Gabriel. "Et quand on voit son petit garçon qui pleure le soir dans son lit en disant que sa vie est nulle parce qu'il est handicapé, ça nous remue et on a envie de faire le maximum pour que ça s'améliore."

Opération de la moelle épinière 

Si Gabriel est pris en charge, médicalement, en France, ses parents veulent aujourd'hui aller plus loin, en lui faisant bénéficier d'une opération chirurgicale dite SDR (Selective Dorsal Rhizotomy) à l'étranger. Il s'agit d'une opération neurochirurgicale lourde, sur la moelle épinière, durant de 4 à 6 heures, et permettant, en cas de réussite, d'améliorer le quotidien et la mobilité des patients. Sans cette opération, les parents craignent que la situation de Gabriel se dégrade. "Il a son pied qui est en train de se déformer, et le problème c'est qu'en grandissant, il va avoir des douleurs plus importantes, qui vont le gêner dans son quotidien. C'est ça qu'on veut éviter" explique Clémentine Gaudiard.

En France, les chirurgiens sont moins rompus à ce type d'intervention chirurgicale qu'en Allemagne, où ont déjà été opérés d'autres enfants français, selon Mme Gaudiard. Pour limiter les risques, les parents de Gabriel ont donc décidé de faire opérer leur fils en Allemagne.

Les frais médicaux sont à la charge des parents

Mais pour une opération à l'étranger, les frais médicaux ne sont pas pris en charge par la Sécurité sociale française. Clémentine Gaudiard et son mari vont donc devoir débourser 25.000 euros. "Au début on s'est dit qu'on allait ouvrir une cagnotte pour que notre famille et nos amis puissent nous aider" explique Clémentine Gaudiard. Cette cagnotte est aussi ouverte à tous ceux qui sont touchés par l'histoire de Gabriel et veulent l'aider. "Même quand on travaille à deux dans un couple, les frais sont trop importants pour qu'on arrive à suivre" explique Clémentine Gaudiard. 

Dans le cas où la cagnotte permettrait de recueillir plus d'argent que nécessaire, Clémentine Gaudiard, qui a créé une association - Un grand pas pour Gabriel - s'engage à reverser les sommes à d'autres familles rencontrant les mêmes difficultés. 

Choix de la station

France Bleu