Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Lans-en-Vercors : des cadavres de brebis à l'entrée du village pour dénoncer les attaques de loups

Des cadavres de brebis ont été déposés à l'entrée de Lans-en-Vercors (Isère) pour dénoncer les attaques de loups. La démarche vient d'un éleveur qui déplore l'hostilité des habitants et des randonneurs à l'égard des chiens de défense des troupeaux.

Légende : L'éleveur a retrouvé mercredi matin les cadavres de six brebis et deux agneaux de son troupeau.
Légende : L'éleveur a retrouvé mercredi matin les cadavres de six brebis et deux agneaux de son troupeau.

Lans-en-Vercors, France

Tôt ce jeudi matin, l'éleveur Pascal Ravix a déposé les cadavres de sept de ses bêtes à l'entrée de la commune de Lans-en-Vercors (Isère). Les animaux ont été retrouvés morts mercredi matin, "à proximité du village".  Selon lui, le motif - que l'ONCFS doit encore confirmer - ne fait pas de doute : il s'agit d'une attaque de loup. 

L'endroit n'a pas été laissé au hasard : le rond-point de Jaume est le lieu de passage de tous les Vertacomicoriens (habitants du Vercors) se rendant quotidiennement à Grenoble. "On souhaite susciter quelques réactions de la part des habitants", explique l'éleveur installé en GAEC à Lans-en-Vercors. Pascal Ravix demande également aux communes et aux communautés de communes de s'attaquer à la question de la prédation. "Aujourd'hui on est seul à gérer ça, et c'est un peu lourd", souffle-t-il.

"On souhaite susciter des réactions de la part des habitants"

Une semaine plus tôt, une joggeuse avait été mordue par un patou à proximité du village voisin de Saint-Nizier-Du-Moucherotte. Un épisode évoqué par l'éleveur, dont il déplore les conséquences : "Après une morsure, on attache les chiens concernés en bergerie pour éviter les problèmes. Mais souvent, ce sont de bons chiens, et ceux qui restent auprès du troupeau sont moins efficaces, moins véloces et moins virulents. Il arrive alors ce qui doit arriver".

Plus largement, Pascal Ravix espère changer le regard des habitants sur les problèmes rencontrés par les bergers. "Quand on met des troupeaux dans le village avec des chiens de protection, on se fait incendier de sottises. On fait l'objet d'une vindicte populaire, mais aujourd'hui on ne peut plus se passer de la présence de chiens". 

Entre 2017 et 2018, en Isère, le nombre d'attaques de troupeaux ayant fait l'objet d'une indemnisation est passé de 200 à 244. Pour l'année 2019, les chiffres ne sont pas à jour en raison d'un mouvement de grève au sein de l'ONCFS. Toutefois, selon nos informations, 218 attaques indemnisées ou en cours de traitement auraient été répertoriées au 11 octobre en Isère. Seules 5 ont eu lieu dans le Vercors nord.

Lans-en-Verocrs, en Isère - Radio France
Lans-en-Verocrs, en Isère © Radio France - Denis Souilla
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu