Société

Latour-de-France cherche médecin pour sa maison de santé

Par Marion Paquet, France Bleu Roussillon mardi 28 avril 2015 à 13:37

Une pharmacie doit être également construite à côté de cette nouvelle maison de santé.
Une pharmacie doit être également construite à côté de cette nouvelle maison de santé. © Radio France - Marion Paquet

Inaugurée le 22 janvier, la maison de santé de proximité de Latour-de-France (Pyrénées-Orientales), n'a pas encore ouvert ses portes. Il lui manquait un médecin pour pouvoir démarrer l'activité, l'agence régionale de santé doit a du lui accorder une dérogation.

La commune de Latour-de-France (Pyrénées-orientale) recherche un médecin pour sa maison de santé. Depuis son inauguration le 22 janvier dernier, la structure est une coquille vide .

Il manquait un deuxième médecin pour démarrer l'activité. Mais puisque la commune n'a pas trouvé de candidat, l'agence régionale de santé lui a accordé une dérogation. Elle devrait ouvrir cet été.

La maison de santé, centre de soin pluridisciplinaire , est flambant neuve. Elle a couté 700 000 euros aux collectivités et c'est la communauté de communes Agly Fenouillèdes qui a le plus mis la main à la poche.

Elle compte huit pièces sur 380 m², et un appartement pour les remplaçants et les stagiaires, mais elle est vide de monde : vide de praticiens, vide de patients .

Le docteur Fournier, le maire, Michel Pigeon, et une infirmière, Joëlle Pousse, ont suivi le projet de près - Radio France
Le docteur Fournier, le maire, Michel Pigeon, et une infirmière, Joëlle Pousse, ont suivi le projet de près © Radio France - Marion Paquet

Les travaux ont débuté après les élections municipales de 2008, qui ont vu élire la liste du maire actuel, alors premier adjoint, mais c'est un des deux médecins du village, le docteur Michel Fournier, qui a voulu voir se projet se réaliser .

"Il y a quelques années, je voyais mon confrère qui allait partir à la retraite, et j'avais très peur de me retrouver seul et avec un afflux de clientèle que je n'aurais pas pu assumer, raconte le docteur, donc cette peur m'a amené à m'interroger sur l'idée de créer une maison de santé où nous serions plusieurs médecins et de regrouper les autres paramédicaux ".

maison santé latour de france fournier web 2

"Au départ, l'agence régionale de santé exige au moins deux médecins permanents pour ouvrir".

La structure est prévue pour accueillir des vacataires, comme des podologues, des ostéopathes et des praticiens permanents : infirmières, kinésithérapeute... mais "l'agence régionale de santé exige qu'il y ait au moins deux médecins permanents pour pouvoir ouvrir" , précise le docteur Fournier.

Il  regrette que son collègue, le deuxième médecin du village, ait renoncé à s'engager , au dernier moment, après avoir donné son accord. Le médecin généraliste en question refuse de s'exprimer.

Les élus et les praticiens partants pour déménager leurs cabinets au sein de la maison de santé étaient donc dans une situation délicate... jusqu'à ce que l'agence régionale de santé décident de leur accorder une dérogation, au mois d'avril.** La maison de santé pourra donc ouvrir, avec un seul médecin, mais un deuxième serait la bienvenue. La mairie a  beau poster des annonces, recourir à un cabinet de recrutement privé, très peu de candidatures leur parviennent** .

Et si la commune ne trouvait aucun médecin ? Pourrait-elle tirer un trait sur la maison de santé ? "Je n'envisage pas cette possibilité , répond le maire de Latour-de-france, Michel Pigeon, "avec de la volonté, je pense qu'on y arrivera, ou alors ça veut qu'en France, question santé, il y a beaucoup de questions à se poser."

maison santé latour de france maire web

En tout cas, le Fenouillède manque de médecins . À Tautavel, le dernier qui est parti n'a pas été remplacé, malgré les avantages : "Nous sommes dans une zone considérée comme fragile , explique le docteur Fournier, il y a donc des avantages financiers, des exonérations fiscales " , entre autres. La mairie est même prête à aider des médecins candidats à se loger s'ils viennent exercer dans la maison de santé.