Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Laurent Joffrin à Bègles pour évoquer Mai-68 : "Une porte qui s'ouvre sur un grand ciel bleu"

lundi 30 avril 2018 à 22:48 Par Stéphane Hiscock, France Bleu Gironde et France Bleu

Laurent Joffrin était l'un des invités d'une table-ronde organisée par l'association le Café Historique ce lundi soir à Bègles. Le directeur de la rédaction de Libération a livré son analyse sur Mai 68, les origines du mouvement et son héritage 50 ans après.

Laurent Joffrin était l'invité d'une table ronde sur Mai 68 ce lundi soir à Bègles
Laurent Joffrin était l'invité d'une table ronde sur Mai 68 ce lundi soir à Bègles © Maxppp - maxppp

Bègles, France

France Bleu Gironde : Comment avez-vous vécu "votre Mai 68"  ?

Laurent Joffrin : j'étais au lycée Lavoisier pas loin du boulevard Saint-Michel. On est tous descendu dans la cour après les violences du vendredi et la nuit des barricades. On s'est assis en criant "les profs avec nous". On a ensuite fondé un comité d'action lycéen avec quatre revendications : la suppression des estrades, le droit de porter les cheveux longs, celui de fumer dans la cour et enfin la refonte totale du système d'éducation.

Vous dites avoir vécu un moment de "libération", comme "une porte qui s'ouvre sur un grand ciel bleu" ...

Il ne faut pas oublier qu'à l'époque nous vivions sous un couvercle. Chacun dans sa sphère évidemment. Pour les ouvriers c'était beaucoup plus dur. Moi, j'étais un lycéen bourgeois. Mais il y avait une vieille morale rigide d'inspiration catholique bien souvent et un sens de l'autorité qui paraissait archaïque. Donc il y a eu cette volonté de libérer l'autonomie. Et donc effectivement c'était une brèche qui ouvrait sur le ciel bleu.

Que pensez vous du mouvement actuel des étudiants ?

Il y a une ressemblance avec Mai 68 mais à l'époque la mobilisation a été immédiate. Aujourd'hui il n'a pas la même répression policière et donc la solidarité spontanée ne vient pas. Et puis Mai 68 a déjà permis un certain nombre de conquêtes pour les étudiants.  En revanche il y a un point commun qui est très frappant, c'est que le système Parcoursup qui vient d'être mis en place c'est exactement le même que celui que Christian Fouchet ministre de l'éducation de l'époque voulait mettre en place.