Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Laurent vit depuis trois mois dans sa voiture sur un parking de Palavas-les-Flots

lundi 4 décembre 2017 à 4:07 Par Aurore Jarnoux, France Bleu Hérault et France Bleu

Laurent, 49 ans, n'a pas d'autres solutions. Licencié il y a trois mois, ce cadre dans le bâtiment est obligé de vivre dans sa voiture : il ne pouvait plus payer son loyer. Laurent a garé sa petite Peugeot sur le parking municipal de Palavas-les-Flots (Hérault).

Laurent a perdu son emploi et vit dans sa petite Peugeot depuis trois mois.
Laurent a perdu son emploi et vit dans sa petite Peugeot depuis trois mois. © Radio France - Aurore Jarnoux

Palavas-les-Flots, France

Au premier étage du parking municipal couvert de Palavas-les-Flots, en plein vent, dans le froid : c'est là où Laurent, 49 ans, a garé sa "maison" comme il l'appelle. Sa maison, c'est une Peugeot 208 blanche. Ce cadre dans le bâtiment vit dans sa voiture depuis maintenant trois mois.

Licencié, il ne pouvait plus payer son loyer

Célibataire, sans enfant, Laurent n'avait personne vers qui se tourner quand il a perdu son emploi. Et avec 470 euros par mois, l'équivalent du RSA, il n'avait plus les moyens de payer un loyer.

Aujourd'hui, Laurent a tout organisé pour pouvoir vivre avec un minimum de confort. "Dans le coffre, j'ai acheté des boîtes pour ranger ma nourriture", explique celui qui soufflera ses cinquante bougies dans deux semaines. À l'avant de la voiture, il nous présente son "salon" : "je dors sur le siège conducteur, la couche de mon chien est sur le siège passager."

"J'enfile mon duvet avant de m'allonger sur le siège conducteur pour dormir."

Dans le parking, il y a heureusement des toilettes "mais en pleine nuit, je cours pour y aller, avec le froid". Pour se laver, Laurent a pris un abonnement à la piscine et, pour manger, il est aidé par la banque alimentaire et les Restos du cœur qui lui fournissent surtout des boîtes de conserve.

Pour le reste, l'ancien cadre a trouvé des astuces."Souvent, je laisse la voiture au soleil pour réchauffer l'habitacle, souligne Laurent. Pour aller sur internet, je vais à l'office de tourisme et j'ai un abonnement aussi à la médiathèque pour recharger mon ordinateur et mon téléphone."

C'est dur, avant je gagnais plus de six fois ce que je touche aujourd'hui."

Pour Laurent, le plus dur, c'est le froid, et les soirées, seul avec son petit chien. "Quand vous sortez, vous voyez les gens se balader comme vous, mais eux ils rentrent chez eux après, lâche Laurent. C'est dur.. Il n'y a que mon chien pour me réconforter."

Laurent veut quand même rester positif. Il en est persuadé, cette situation ne va pas durer. Il suit actuellement une formation avec Pôle Emploi et envisage de monter sa propre entreprise.

"C'est une expérience, maintenant le bonheur a une autre valeur et je me dis qu'il y a plus malheureux que moi."