Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Laval : pourquoi les prix des repas dans les cantines et les multi-accueils augmenteront dès 2019 ?

-
Par , France Bleu Mayenne

Afin de respecter la loi "Egalim" dont la mise en oeuvre sera progressive à partir de 2020, le conseil municipal de Laval a voté une hausse des tarifs dans la restauration scolaire dès la rentrée prochaine. Explications.

Cantines scolaires (illustration)
Cantines scolaires (illustration) © Radio France - Solène de Larquier

Laval, France

En septembre 2019, les tarifs des cantines scolaires et les multi-accueils à Laval vont augmenter de 2%. Cette décision a été votée lundi soir par le conseil municipal. Une revalorisation motivée par le respect de la loi du 30 octobre 2018 "pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous", la loi Egalim.  

Le texte prévoit par exemple, que les repas servis quotidiennement dans les restaurants scolaires et les multi-accueils devront comprendre une part au moins égale, en valeur, à 50% du budget consenti à l'achat des denrées alimentaires, de produits répondant à au moins un critère de qualité (produits issus de l'agriculture biologique par exemple qui devront représenter 20% de la part des produits utilisés, AOC-AOP, IGP). 

Conséquence : les tarifs pour les familles vont augmenter. À Laval, le coût réel d'un repas servi par la ville s'élève à 10 euros mais les familles qui paient le plus cher sont celles qui gagnent le plus (système du quotient familial) et ces dernières paient 50% maximum du coût réel. L'opposition municipale a néanmoins regretté "que cette hausse des tarifs allait encore peser sur les familles les plus démunies". 

Chaque jour, 4.400 repas cuisinés sont servis par le service restauration de la ville soit 772.000 par an (écoles, CCAS, centres de loisirs). Le budget alimentaire s'élevait jusqu'alors à 1.260.000 euros et passera avec la loi Egalim à 1.330.000 euros.