Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Laval : une cagnotte lancée pour soutenir Yaya Guirassy, le livreur Uber Eats victime de racisme

-
Par , France Bleu Mayenne, France Bleu

Une cagnotte en ligne a été lancée pour soutenir Yaya Guirassy, un livreur Uber Eats, qui a été victime du racisme d'une cliente à Laval. Le 14 mai, une cliente lui avait écrit : "Dépêche-toi esclave". Le livreur, originaire de Guinée-Conakry, est sous le choc et ne travaille plus pour le moment.

Yaya Guirassy, un livreur qui travaille pour Uber Eats, a été victime de racisme à Laval.
Yaya Guirassy, un livreur qui travaille pour Uber Eats, a été victime de racisme à Laval. © Radio France - Maïwenn Bordron

Depuis que l'affaire a été révélée par France Bleu Mayenne, elle a été relayée par de nombreux médias et elle a suscité l'indignation des citoyens et du monde politique au-delà de la Mayenne. Le 14 mai, Yaya Guirassy, un livreur qui travaille pour la plateforme Uber Eats à Laval, a été victime de racisme : alors qu'il était en chemin pour livrer une commande, il a reçu une message extrêmement violent d'une cliente. "Dépêche-toi esclave", lui a écrit la cliente, qui s'impatientait. Le livreur, originaire de Guinée Conakry, a porté plainte. Une enquête est en cours. Depuis, Yaya Guirassy a arrêté de travailler car il est encore sous le choc, après la violence de ce message. Pour le soutenir, une cagnotte en ligne a été lancée par le président du CLAP, le Collectif des Livreurs Autonomes de Plateformes, basé à Paris.

Solidarité autour de Yaya Guirassy

Le témoignage de Yaya Guirassy a indigné de nombreux citoyens, notamment sur les réseaux sociaux. Son histoire est très vite arrivée aux oreilles de Jérôme Pimot, ancien livreur pour la plateforme Deliveroo, et président du Collectif des Livreurs Autonomes de Plateformes (CLAP), basé à Paris. En accord avec Yaya Guirassy et un collectif de livreurs Uber Eats à Laval, Jérôme Pimot a décidé de créer en ligne cette cagnotte pour soutenir ce livreur victime de racisme. "Il était important pour nous de donner des moyens à Yaya de pouvoir continuer un petit peu ce qu'il semblait vouloir faire, c'est-à-dire continuer à aider les livreurs, dénoncer cette forme de racisme et continuer dans le cadre de ce petit collectifs de livreurs à Laval, à les aider à porter leurs paroles. Qu'il leur fasse bénéficier de sa notoriété nouvelle du fait de cette affaire parce qu'à Laval, il y a tout un tas de problématiques, comme partout, avec les livreurs, les plateformes, les restaurants, les clients. Donc c'est important pour nous que cette cagnotte puisse lui permettre de continuer ce travail", souligne Jérôme Pimot, le président du CLAP.

La solidarité, j'ai l'impression, s'est un petit heurtée au porte-monnaie.    
Jérôme Pimot, président du CLAP

Cet ancien livreur, basé à Paris, pensait que la cagnotte remporterait plus de succès, au vu de la vaste médiatisation de l'affaire. Elle n'a, pour l'instant, récolté que 65 euros. "C'est un petit peu triste parce que, quelque part, Yaya nous explique qu'il a été très, très surpris et même ça l'a rassuré de voir qu'il y avait un engouement au niveau des réseaux sociaux sur cette histoire-là. Après, c'est vrai que c'est comme s'il y avait un espèce de barrage, de barrières, parce que dès qu'il faut bien donner de façon un peu plus concrète, il y a moins de gens", regrette Jérôme Pimot.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess