Société

Le 115 du Particulier : des Isérois s'engagent pour aider les sans-abris, exposés au grand froid

Par Véronique Pueyo, France Bleu Isère et France Bleu mardi 17 janvier 2017 à 19:58 Mis à jour le mercredi 18 janvier 2017 à 7:54

Un sans-abri qui pourrait peut-être trouver une solution grâce au 115 du Particulier
Un sans-abri qui pourrait peut-être trouver une solution grâce au 115 du Particulier © Maxppp -

En Isère, la température va descendre cette semaine jusqu'à moins 15 degrés, l'urgence est de trouver un toit pour chaque personne qui vit dans la rue. Le 115 du Particulier a pour but de mettre en relation des citoyens qui ouvrent leur porte et des SDF.

Valérie, qui vit dans le Voironnais, a été touchée par le sort des sans-abris, en ces temps de grand froid. Alors, il y a deux semaines, elle a appelé le Samu social pour savoir comment les aider et c'est là qu'on lui a parlé du 115 du Particulier. Elle a donc tapé sur le clavier de son ordinateur l'adresse du site et s'est inscrite sur la plate-forme. "C'est très simple" explique Valérie "On coche des cases qui correspondent à ce que l'on peut offrir. Moi, avec l'accord de mon mari et de mes deux enfants, je propose d'accueillir , chez moi, deux personnes maximum pour un repas chaud et une nuit dans notre chambre d'amis. Elle est libre la plupart du temps !"

Pour l'instant, Valérie, qui vient de s'inscrire, n'a pas eu d'appel mais elle est prête : "Je n'ai pas peur de savoir qui va débarquer ! Si je vivais dans la rue, moi aussi, je serais sûrement un peu sale et hirsute. Mais, je ne pense pas qu'on est dangereux parce qu'on vit dehors. Ce sont des préjugés. Moi, ce qui m'intéresse, c'est peut-être naïf, mais c'est la rencontre avec les autres, quels qu'ils soient ! " Valérie trouve aussi un peu dur de devoir remettre les gens dans la rue, au matin : "Mais c'est le jeu, ils le savent et c'est aussi comme cela, dans les gymnases ouverts dans le cadre du plan grand froid et de l'hébergement d'urgence."

"Je n'ai pas peur d'accueillir chez moi des inconnus. C'est pas parce qu'on vit dans la rue, qu'on est dangereux" - Valérie, une iséroise

Comme Valérie, ils sont désormais 17.000 citoyens inscrits sur le site, pour proposer une douche, des vêtements, un repas, un lit. Le 115 du Particulier a été créé, il y a cinq ans, par deux anciens sans-abris. Brann de Senon est l'un d'eux : "Nous ne voulons pas nous substituer aux structures existantes. Quand le 115 est saturé, et c’est souvent le cas, nous, on est là pour proposer une solution. En 2016, on a mis en relation 4.500 personnes." La plate-forme s'est professionnalisée au fil du temps : "Avant, c'était un peu la foire à tout, il a fallu faire le ménage, entre les arnaqueurs et ceux qui nous prenaient pour un site de rencontre. Aujourd'hui, on sait mieux qui est qui. Un administrateur met en relation un hébergeur et un demandeur en fonction des critères de chacun. Très peu de situations ont dégénéré."

17.000 anonymes au grand cœur ont déjà rejoint le 115 du Particulier

Mais comment font les SDF pour se connecter sur internet, alors qu'ils vivent dans la rue ? "Vous savez, souvent, ils ont des portables et un accès à internet," explique Brann de Senon. "On s'adresse surtout à ceux qui sont en galère, les travailleurs pauvres, les jeunes virés de chez eux. Mais ceux qui ont des addictions, alcool, drogue, on ne les envoie pas chez un particulier, c'est pas le lieu !"

Avec les températures polaires qui se sont abattues sur la région, la solidarité s'exprime plus fort. Ainsi, ces deux dernières semaines, une dizaine d'isérois ont rejoint le 115 du Particulier, comme ce grenoblois qui a carrément ouvert sa maison et ses cinq chambres.

"On s'est professionnalisé. On essaie de mettre en relation les bonnes personnes pour que ca se passe bien" - Brann de Senon

Valérie, elle, attend son premier "invité". "J'habite en campagne, un peu loin de Grenoble, mais je suis prête à aller chercher la personne à la gare. Il y a toujours une solution. Oui, comme, dans la chanson, c'est : bienvenue chez moi !" conclut la jeune femme, dans un grand sourire.

Valérie a adhéré au 115 du Particulier, comme 17 000 autres anonymes au grand coeur