Société

Le barman de Lacanau est devenu entrepreneur grâce à la publicité Google

Par Yves Maugue, France Bleu Gironde mercredi 2 avril 2014 à 18:38

Le barman de Lacanau est devenu entrepreneur grâce à la publicité Google

Laurent Aigon a été choisi par Google après avoir construit un véritable simulateur de vol dans la chambre de ses enfants. Le géant américain lui a apporté une notoriété mondiale. Quelques mois plus tard, la vie de l'ancien serveur dans un bar-restaurant de Lacanau a totalement changé.

Le clip réalisé et médiatisé par Google dure trois minutes et quartorze secondes. Le temps de changer la vie de Laurent Aigon, un fana d'aviation qui travaille dans un bar-restaurant de Lacanau en Gironde. L'initiative de cet habitant de la station balnéaire a tapé dans l'oeil du géant américain Google. Grâce à six années de travail, de recherches et d'études, Laurent Aigon a réussi à construire chez lui un véritable simulateur de vol, un cockpit de Boeing 737. Toutes les commandes fonctionnent et correspondent véritablement à l'avion de ligne. Il a fallu 6.000 pièces pour réaliser ce petit chef-d'oeuvre de technologie. 

Un buzz de dimension mondiale

Quelques mois plus tard, le clip de Google Stories a été visionné par plusieurs millions de personnes un peu partout dans le monde. La page Facebook de Laurent Aigon a été prise d'assaut. Pourtant, au départ, le médocain était assez sceptique.

"Quand Google est venu me voir, je leur ai dit qu'il me filmeraient comme je suis et que je ne lirais pas un texte. Ca a un peu frité au départ mais ensuite ça s'est bien passé. Après, quand je vois que des gens me reconnaissent dans la rue, c'est un choc, un bouleversement personnel. Mais je le vis bien."

Laurent Aigon a aussi vu débarquer chez lui des professionnels, des pilotes. Ils lui ont confirmé la précision de son cockpit. Et une idée a alors germé dans la tête de Laurent Aigon : faire de ce cockpit un outil pour un plus large public.

Une clientèle variée pour son simulateur de vol 

Aujourd'hui, il souhaite donc développer encore ce simulateur de vol, le monter sur verrins par exemple afin d'offrir une véritable immersion, d'ajouter la dynamique aux sensations déjà existantes. A terme, il espère séduire le grand public qui souhaite tester les commandes d'un avion, les entreprises qui montent des stages de cohésion ou qui veulent animer des séminaires. Il pense également pouvoir intéresser les entreprises du secteur de la maintenance aéronautique, très présentes autour de Bordeaux, qui peuvent avoir besoin de ce type de simulateur de vol. 

"Je suis devenu un entrepreneur, quelqu'un qui va chercher des financements, des contrats."

Laurent Aigon est toujours serveur au bar-restaurant de Lacanau-Océan. Mais, parallèlement, il a créé sa société.

Un mode de financement en vogue : le crowdfunding

Les banques hésitent encore à le suivre et, pour amorcer la pompe en quelque sorte, il a besoin d'un premier apport de fonds. Il s'est donc tourné vers le crowdfunding, cette collecte de financement via des plate-formes internet. C'est Philippe Gaboriau, le patron de la plate-forme H appy Capital, qui l'a accueilli.

"Ce qui m'a intéressé c'est sa force de conviction, sa capacité à réaliser ses rêves. Il attire les gens et je pense que les passionnés vont avoir envie de le soutenir."

Laurent Aigon recherche 300.000 euros et s'est donné 88 jours pour y parvenir. Il recherche un financement participatif sous forme d'actions. N'importe qui peut investir. Le site Happy Capital a déjà épaulé des initiatives en Aquitaine. C'est par ce biais que Art of soule, fabricant d'espadrilles au Pays Basque, a levé 316.000 euros alors que les promoteurs du projet en espéraient 250.000.

"J'étais un simple Géo Trouvetout de l'électronique et je suis devenu un entrepreneur"