Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le Biarritz Olympique au bord du suicide selon son président

-
Par , , , France Bleu Pays Basque

La situation sportive et économique du Biarritz Olympique, le projet Aguilera ou encore la polémique autour de ses propos sur les réseaux sociaux, Jean-Baptiste Aldigé, président du directoire du Biarritz Olympique Pays Basque a répondu aux questions de France Bleu Pays Basque.

Jean-Baptiste Aldigé, président du directoire du Biarritz Olympique Pays Basque
Jean-Baptiste Aldigé, président du directoire du Biarritz Olympique Pays Basque © Radio France - Oihana Larzabal

Après un an et demi de refus, Jean-Baptiste Aldigé, président du directoire du Biarritz Olympique Pays Basque a finalement accepté l'invitation de France Bleu Pays Basque pour évoquer la situation sportive du BOPB, la situation financière du club ou encore les dernières polémiques.

Situation sportive

Avec la défaite contre Perpignan (18-22), première défaite à domicile de la saison, le Biarritz olympique a raté l'occasion de se positionner dans les quatre premiers du classement de Pro D2 et d' accueillir un match de barrage. "Il y a des victoires, il y a des défaites" relativise Jean-Baptiste Aldigé, "on a une équipe qui est dans une bonne dynamique et l'objectif sportif du club reste le même qu'en début de saison à savoir faire mieux que l'année dernière où on avait atteint la 7ème place".

Finances

Selon le patron du BO, le club était "aux abois" lorsqu'il est arrivé, "avec 12 M€ de charges et seulement 7 M€ de chiffre d'affaires". Or, d'après nos sources il y avait 10,57 M€ de charge pour 9,21 M€ de recettes. Le président du directoire dit avoir réduit les les charges à 9,5 M€ et que l'actionnaire majoritaire a comblé le trou ces deux dernières années, 6,5 M€ au total. Même si aujourd'hui encore, le déficit du club est de 2,9 M€ sur le bilan de la saison dernière.

Il faut sauver le château de Versailles !

Jean-Baptiste Aldigé aime bien la métaphore médicale : "on a un patient malade en mort artificielle. Il est sous perfusion de l'argent de GaveKal" (NDLR : le fond d'investissement actionnaire principale du club biarrot). De l'argent public aussi : près d'un million d'euros de subvention de la ville de Biarritz (450 000 de subvention ± 550 000 euros de contrat d'image avec la Ville) selon nos sources, "350 000 € plus 400 000 €, ça fait 750 000 €" rectifie le président du club. Bataille de chiffres. Mais il assure que les actionnaires tiennent au club : "on a toujours indiqué qu'on garderait la perfusion si la ville de Biarritz a la volonté de guérir et de s'administrer le médicament". Le médicament en question étant le projet Aguiléra et le centre de formation.

Projet Aguilera

Pour que le club soit viable, Jean-Baptiste Aldigé veut suivre le modèle de l'équipe de rugby du Lyon Olympique Universitaire avec le réaménagement du plateau d'Aguiléra comprenant 15 000 m² de surfaces commerciales. Une opération qui permettrait de diversifier les sources de revenus du BOPB qui aujourd’hui sont limitées à la billetterie, les partenariats et les droits télé. "Nous on propose juste un aménagement de la partie qui nous intéresse à savoir notre stade. Cela s'arrête la !", assure le président du directoire.

Le Biarritz Olympique et ses actionnaires ne sont pas impliqués dans le projet immobilier qui se passe de l'autre côté de la route

Concernant le communiqué du BOPB diffusé en début de semaine où Jean-Baptiste Aldigé attribut des bons points aux candidats qui ont approuvé le plan de relance de 12 millions d'euros le 12 février dernier en conseil municipal,  "on n'est pas en URSS, on a le droit de donner notre avis !" estime-t-il, tout en réitérant que la survie du club en dépend : "si le malade a décidé de se suicider, je ne vois pas pourquoi je garderais la piqûre dans le bras !"

Propos homophobes ?

Taxé d'avoir tenu des propos homophobes, le président du directoire du BOPB a confirmé avoir "eu des échanges" avec les responsables de la Ligue Nationale de Rugby "qui ont donné lieu à mon tweet d'hier (jeudi) où j'explique être désolé qu'ils aient été interprétés comme ça"

Règles de la Ligue Nationale de Rugby

Depuis la fin de l'année dernière, le club refuse de répondre aux questions - entre autres - de France Bleu Pays Basque. Le règlement Média de la Ligue Nationale de Rugby impose pourtant l'organisation d'une conférence de presse avant et après chaque match, une obligation dont fait fi Jean-Baptiste Aldigé. "Si je sors du cahier des charges, la LNR me sanctionne. Expliquez-moi pourquoi je ne suis pas sanctionné ?" demande le patron du BOPB. Selon nos informations, le dossier est sur le bureau de Paul Goze, président de la LNR.

Réécoutez l'interview intégrale de Jean-Baptiste Aldigé, président du directoire du Biarritz Olympique Pays basque

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu