Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le bilan de l'exercice incendie chez Synthron jugé "plutôt satisfaisant" par la Préfecture d'Indre-et-Loire

-
Par , France Bleu Touraine

Les membres de la cellule de crise qui a géré cette simulation très poussée d'incendie dans l'usine de produits chimiques Synthron ont constaté des améliorations par rapport au précédent exercice du même genre réalisé en 2016. Il reste tout de même plusieurs points à améliorer.

Les pompiers montrent la zone dans laquelle le vent est censé disperser le faux nuage toxique
Les pompiers montrent la zone dans laquelle le vent est censé disperser le faux nuage toxique © Radio France - ©Boris Compain

Indre-et-Loire, France

"Plutot positif, même si il reste des choses à améliorer". C'est le premier bilan tiré par les participants à l'exercice de sécurité mercredi 9 octobre, dans l'usine Synthron d'Auzouer-en-Touraine. Le scénario était celui d'un incendie dans cette usine de produits chimiques, avec fuite de produits dangereux et dispersion d'un nuage toxique

La salle du Centre Opérationnel Départemental où sont réunis des représentants de tous les services qui doivent gérer le sinistre - Radio France
La salle du Centre Opérationnel Départemental où sont réunis des représentants de tous les services qui doivent gérer le sinistre © Radio France - ©Boris Compain

Outre les intervenants engagés sur place, l'exercice a entraîné la mise en place d'une cellule de crise à la préfecture, avec autour du directeur de cabinet de la Préfète d'Indre-et-Loire, des représentants des pompiers, des gendarmes, du conseil départemental et de l'éducation nationale, entre autres. Et c'est vrai qu'on se serait cru face à une crise réelle,  par exemple lorsque les pompiers ont présenté, sur une carte, le parcours qu'allait suivre ce nuage toxique, prétendument poussé par le vent vers Château-Renault à 20 kilomètres-heure. A partir de là, il a fallu décidé d'évacuer, ou non, tel ou tel lotissement, confiner des élèves, interdire certains secteurs. Des évacuations qui sont restées fictives, évidemment.

L'information a mieux circulé que lors du dernier exercice d'incendie chez Synthron

Finalement, après 3 heures de simulation, le bilan est plutôt bon, selon les participants. Ils notent que l'information a beaucoup mieux circulé qu'en 2016, lors du précédent exercice chez Synthron. Il reste tout de même des problèmes à régler : Par exemple, pour donner l'alerte, Synthron a appelé les pompiers, la préfecture et la mairie...mais pas les gendarmes. Résultat : 20 minutes de retard pour fermer les routes autour de l'usine. 

Au fur et à mesure qu'elles remontent du terrain, les informations sont partagées dans un "point de situation" projeté sur un des murs de la salle - Radio France
Au fur et à mesure qu'elles remontent du terrain, les informations sont partagées dans un "point de situation" projeté sur un des murs de la salle © Radio France - ©Boris Compain

Il faut aussi améliorer le recensement des produits stockés et de l'emplacement précis ou ils sont rangés, pour savoir plus vite si ce qui brûle est dangereux. Autre enseignement : dès le début de l'alerte, il faut prévoir des bus, quitte à ne se qu'ils ne servent pas : hier, quand il a été décidé d'évacuer une cinquantaine de personnes d'un lotissement, il a été impossible de trouver deux bus pour les emmener.

Un débriefing plus complet aura lieu dans un mois, avec les salariés et agents qui étaient mobilisés chez Synthron et à proximité.

Choix de la station

France Bleu