Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le blues des colonies de vacances

-
Par , France Bleu Poitou

Elles ne font plus recette. Une fréquentation en baisse, une défiance grandissante des parents... Au CPA de Lathus-Saint-Rémy dans la Vienne, on s'organise pour enrayer la tendance.

Les colonies de vacances sont de moins en moins fréquentées depuis 20 ans - illustration
Les colonies de vacances sont de moins en moins fréquentées depuis 20 ans - illustration © Maxppp

Moins 50% au cours des vingt dernières années. Le chiffre résume à lui seul l'inéluctable tendance. Les colonies de vacances qui ont fait le bonheur de plusieurs générations de Français ne font plus le plein.

Elles sont loin "Les jolies colonies " chantées par Pierre Perret. Merci Papa, merci Maman. Le gouvernement a pris la mesure du phénomène et lancé récemment une campagne de pub avec pour slogan : "En colo, j'ai confiance ".

Un quart du chiffre annuel

Au CPA (Centre en plein air) de Lathus-Saint-Rémy, dans le Sud-Vienne, on a anticipé la lente mais inexorable chute de la fréquentation. Sur place, la direction a aujourd'hui diversifié l'offre : elle accueille des scolaires, des familles pour des séjours individuels.

"La colo ne représente plus que 20 à 25% du chiffre d'affaires annuel " avoue Eric Bernard, le directeur-adjoint. "Tout est concentré en juillet-août, on ne prend plus de demandes pour les vacances de février et de Pâques ".

Obligation de se diversifier

La faute aux parents qui ont aujourd'hui moins confiance dans ces structures ou qui ont plus de mal à laisser leurs enfants en dehors du cercle familial. "Beaucoup de grands-parents sont mis à contribution pendant les vacances et nous ont remplacé au final " lâche Eric Bernard.

Le dirigeant n'est pas inquiet pour autant. Son centre a des atouts. Et il a su s'adapter. "Diversifier l'offre, voilà l'avenir du secteur ".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess