Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le bonus de bienvenue du nouveau PDG passe mal chez Sanofi à Ambarès

lundi 23 février 2015 à 17:00 Par Stéphanie Brossard, France Bleu Gironde

Olivier Brandicourt le nouveau patron du groupe pharmaceutique français Sanofi, doit toucher un bonus d'arrivée qui pourra atteindre jusqu'à 4 millions d'euros. Une annonce faite ce week-end, qui choque les 680 salariés du site d'Ambarès. Certains sont en grève pour un prime de 50 euros.

L'usine Sanofi à Ambarès près de Bordeaux
L'usine Sanofi à Ambarès près de Bordeaux © Maxppp - Guillaume Bonnaud

L'annonce du "bonus de bienvenue" versé au nouveau patron du groupe pharmaceutique français Sanofi, n'est pas passée inaperçue sur le site Sanofi d'Ambarès. Quelque 250 salariés de la production (sur un total de 680 dans l'usine) sont appelés à débrayer, par la CGT, 1 heure le matin et 1 heure l'après-midi, depuis ce lundi, pour réclamer 50 euros de prime par mois ; une prime d'incommodités en raison des nuisances qu'ils subissent à la fabrication de médicaments (poussière, bruit etc...).

En apprenant que leur nouveau PDG Olivier Brandicourt, allait toucher 2 millions d'euros à sa prise de fonction, le 2 avril, et 2 millions en 2016, s'il est toujours en poste, les salariés se sont déclarés outrés.

"C'est l'équivalent de 330 000 euros par mois alors que les gens ici se battent pour grapiller 50 euros... Y'a un ras-le-bol, puisque ça s'ajoute aux annonces d'amélioration des bénéfices et du refus d'augmentation générale." "On attend de notre société qui travaille avec la Sécurité Sociale, qu'elle ait un comportement citoyen. Et c'est pas le cas." — Frédéric Bertaud est délégué CGT sur le site Sanofi d'Ambarès.

Sanofi, qui dispute à Total le titre de première capitalisation de la Bourse de Paris, n'avait plus de directeur général depuis l'éviction fin octobre de Chris Viehbacher, à la double nationalité allemande et canadienne. Le groupe a finalement choisi Olivier Brandicourt, un médecin à la vaste expérience internationale, passé notamment chez le numéro un mondial de la pharmacie Pfizer.

"les salariés de Sanofi Ambarès sont outrés" selon la CGT