Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Brexit

Le Brexit, une "catastrophe" pour des Anglais de Nancy

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Le Brexit, c'est dans un mois. Le 29 mars, la Grande Bretagne quittera l'Union européenne, avec ou sans accord. Au grand dam de Christopher Gardiner et de sa fille, Laura, des Anglais qui vivent à Nancy. Rencontre.

 Christopher Gardiner et sa fille, Laura
Christopher Gardiner et sa fille, Laura © Radio France - Isabelle Baudriller

Le Brexit ? "C'est une catastrophe !" selon Christopher Gardiner, 71 ans. L'ancien professeur d'Histoire partage aujourd'hui sa vie entre Newcastle (nord-est de l'Angleterre) et Nancy où vit depuis 15 ans sa fille Laura Gardiner, professeur d'Anglais à la faculté de sciences. "J'étais vraiment choquée", se souvient la jeune femme de 38 ans après le résultat du référendum du 23 juin 2016 : 51,9% des Britanniques favorables à la sortie de l'Union européenne. "Même une très bonne copine avait voté la sortie alors que moi je vivais en France, sans réfléchir aux conséquences !" 

Laura : je me suis dit "Si on sort de l'union sans accord, qu'est-ce que ça va faire pour moi ?"

Le conjoint de Laura est Français et leurs deux enfants ont la double nationalité franco-britannique. Laura a préféré demander la nationalité française. "Je me suis dit : est-ce qu'il me faudra une carte de séjour ? Je ne pensais pas quand même qu'on allait me jeter de la France, comme j'ai mes enfants et mon conjoint ici !" Un passeport français, ne serait-ce que pour faire la queue dans la même file d'attente aux douanes que sa famille. 

Christopher : Je me sens Anglais mais aussi Européen

Christopher trouve "déprimant" de ne plus faire partie de l'union. Une question de cœur pour celui qui "pense que l'unité et l'intégration sont mieux que la division. Moi, je me sens Anglais mais aussi Européen". Et d'ajouter qu'il n'exclut pas, en fonction de la tournure du Brexit, de venir s'installer définitivement à Nancy : "Vous êtes encore en Europe, alors c'est possible oui... Nous aimons beaucoup Nancy, c'est vrai, c'est une belle ville !"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess