Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Touraine : hausse des burn-out chez les médecins

mardi 9 octobre 2018 à 6:02 Par Yvan Plantey, France Bleu Touraine

L'épuisement professionnel des généralistes ne cesse de croître en Indre-et-Loire au fil des années et repose sur deux facteurs majeurs. La hausse du temps de travail et une charge administrative qui pèse de plus en plus sur le temps de consultation. Pour les accompagner, des structures existent.

Près d'un médecin sur deux serait touché par un épuisement professionnel au cours de leur carrière.
Près d'un médecin sur deux serait touché par un épuisement professionnel au cours de leur carrière. © Maxppp - © SYLVIE CAMBON/ MIDI LIBRE

Place Anatole France, Tours, Indre-et-Loire, France

Ils sont à bout, les médecins généralistes sont de plus en plus nombreux à faire part de leur épuisement professionnel, aussi appelé "burn-out". D'après l'association Mots, qui prend en charge ces médecins en surmenage, près d'un sur deux serait en burn-out et le nombre de nouveaux médecins qui appellent chaque année est passé de 136 en 2015 à 173 en 2017. Au total, sur tout le territoire, cette association a pris en charge près de 750 médecins depuis sa création en 2010.

57 heures par semaine contre 48 en 1992

Une situation qui ne cesse de s'aggraver puisque le temps de travail, la principale cause de cet épuisement, est en constante augmentation. Pour Philippe Paganelli, président de l'Ordre des médecins d'Indre-et-Loire, ces facteurs sont directement liés. "La moyenne du temps de travail chez les généralistes et de 57 heures actuellement. On estime qu'il était de 48 heures en 1992. Et on voit aussi une augmentation des tâches administratives qui représentent 15% du temps de travail global." Ainsi, pour s'éviter ces tâches administratives, Philippe Paganelli propose "une aide structurelle pour que les cabinets de médecins puissent engager un ou une secrétaire car les cabinets avec un médecin n'ont pas les moyens d'en embaucher."

Une association à l'écoute des professionnels de santé

À court terme, une solution s'offre à ces professionnels de santé : téléphoner aux associations qui prennent en charge ce problème. En Indre-et-Loire, la seule qui prend en charge les médecins est l'association Mots, depuis 2011. Un suivi de six à huit mois est effectué après le premier entretien téléphonique. 

Depuis trois ans, l'association Soins aux professionnels de santé (SPS) sillonne aussi la France pour recueillir les témoignages de médecins en surmenage. Eric Henry, son fondateur, a réussi à s'implanter dans toutes les régions de France, sauf le Centre-Val de Loire. "J'ai appelé des cliniques mais elles ne sont pas intéressées pour prendre en charge cette spécificité. Donc je me rends à un congrès d'infirmiers pour qu'ils m'aident à trouver." Sur les 2.000 appels de médecins en détresse que l'association SPS a reçu cette année, près de 10% ont été classés "suicidaires".