Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le camp de Roms de la prairie de Mauves évacué à Nantes

jeudi 26 juillet 2018 à 17:28 Par Marion Fersing, France Bleu Loire Océan

Les 200 caravanes du camp de Roms de la prairie de Mauves ont été évacuées ce jeudi matin à Nantes. Une bonne partie a été emmenée à la fourrière mais les familles ont pu en sortir une cinquantaine qu'elles ont stationnées au bord d'une rue, juste à côté de la déchetterie.

Les caravanes, qui abritent des familles avec des enfants en bas âge, sont stationnées en plein soleil
Les caravanes, qui abritent des familles avec des enfants en bas âge, sont stationnées en plein soleil © Radio France - Marion Fersing

Nantes, France

Après les migrants du square Daviais, ce sont les Roms du camp de la prairie de Mauves qui ont été évacués, ce jeudi matin à Nantes. Il y avait environ 200 caravanes installées là depuis un an, juste à côté de la déchetterie, sur un terrain où ils n'avaient pas le droit d'être. Une bonne partie a été emmenée à la fourrière mais les familles ont pu en sortir une cinquantaine qu'elles ont stationnées au bord de la rue du Bas, juste à côté. Elles sont sans solution pour l'instant.

Ils ont emmené les caravanes, ils ont emmené les voitures, ils ont tout cassé

Les forces de l'ordre sont arrivées vers 9h, quand les hommes étaient au travail. Beaucoup de familles étaient aussi absentes. "Ils ont emmené les caravanes, ils ont aussi emmené les voitures, ils ont tout cassé", raconte Alberto. "Ça fait 15 ans que je suis à Nantes, j'en ai vu des expulsions. Mais là, ils ont fait une erreur de ne pas tenir compte des enfants, des gens". Les caravanes sont en effet garées en plein soleil, juste à côté de la voie ferrée. Il fait très chaud. Il n'y a pas d'eau, pas d'électricité. Pendant l'évacuation, les familles ont perdu leurs frigos, leurs machines à laver, une partie de leurs papiers. "Ils n'ont plus rien à manger !", poursuit Alberto, plein de colère. Une maman arrive avec sa petite fille de trois mois dans les bras. Elle nous montre la cicatrice qu'elle a dans le dos après une opération. Ce vendredi matin, un taxi ambulance doit venir la chercher pour l'emmener à l'hôpital, mais puisqu'ils ont été évacués, pas sûr qu'il les trouve. Juste à côté, il y a cette jeune femme sur le point d'accoucher et qui ne sait pas où elle ira après avoir donné naissance à son enfant. 

Une quinzaine de familles ont stationné leurs caravanes rue Vulcain à Nantes - Radio France
Une quinzaine de familles ont stationné leurs caravanes rue Vulcain à Nantes © Radio France - Marion Fersing

Ils sont européens, ils ont les même droits que nous !

Plusieurs automobilistes s'arrêtent, éberlués par ce qu'ils voient, comme ce couple : "ils vous laissent comme ça ? Ils n'ont pas honte ! C'est inhumain, on est en canicule, il y a des enfants ! Ils sont européens comme nous, ils ont les mêmes droits que nous ! C'est pas possible !".

Quand on demande une logement, pas de réponse

Alberto poursuit : "bien sûr qu'on pourrait trouver un nouveau terrain. On en trouve des terrains. Mais ce qu'on veut, c'est de la stabilité. Mais quand on demande un logement, pas de réponse ! On est nombreux, c'est vrai. Mais on travaille et les enfants allaient à l'école à Malakoff".

Pour l'instant, les Roms comptent rester au bord de cette rue même s'ils s'inquiètent pour les enfants parce que les voitures passent vite.