Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le carnaval, fête des fous, célébré en Europe sous haute sécurité

-
Par , France Bleu

Symboliquement, Mardi gras représente le point culminant des carnavals en Europe, dernier moment de folie avant le Carême. Cette année, menace terroriste oblige, les fêtes ont été maintenues au prix de mesures de sécurité renforcées.

Le carnaval de Dunkerque attire chaque année près de 40.000 personnes.
Le carnaval de Dunkerque attire chaque année près de 40.000 personnes. © AFP - PHILIPPE HUGUEN

C'est la saison du carnaval, en France comme dans de nombreux pays européens. Pour s'adapter aux risques d'attentats, les festivités, censées être un moment de liberté absolue, sont accompagnées cette année encore de mesures de sécurité renforcées, après les attentats de Paris, Nice, Bruxelles et Berlin. Présence militaire, policiers armés, fouilles et contrôles d'identité, parcours condensés ou modifié comme à Nice, points d'entrée barrés par des camions, armes factices interdites. A Dunkerque la mairie n'a pas ouvert ses portes pour la chapelle, où chacun est invité à boire une bière et faire un chahut. Mais pour l'essentiel, les traditions ont été maintenues, avec un coûts plus élevés en terme de sécurité et un chaos beaucoup plus organisé que d'habitude.

Une tradition européenne bien ancrée

Héritier de fêtes antiques grecques, romaines et égyptiennes, le carnaval, Karneval, Fastnacht ou Fasching s'est répandu au Moyen-Age à travers l'Europe jusqu'aux Etats-Unis. Propre aux peuples latins, germaniques et nordiques, c'est dans ces pays qu'il s'est ancré le plus fortement, de l'Italie aux pays rhénans, le Nord de la France, la Belgique et bien sûr l'Amérique du Sud. Dans un exubérant mélange de profane et de sacré, il accompagne le passage de l'hiver au printemps, de la mort à la vie, symbolise une sorte de chaos originel dans lequel les individualités disparaissent sous les masques et maquillage, où les pauvres s'habillent en riches, où l'hypocrisie cède la place à la satire et à l'humour.

Dans la plupart des pays, il est associé au calendrier chrétien et se déroule juste avant le Carême

Rituel païen christianisé au Moyen-Age, le carnaval débute dès l'Epiphanie donc après les fêtes de Noël et s'arrête en principe le mardi gras, veille du mercredi des cendres où démarre la période de Carême qui elle prépare à la fête de Pâques. Il trouve son origine dans les mots latins carne la viande et levare enlever: dernier sursaut avant le jeûne et l'austérité. A noter que le carnaval de Bâle, candidat au patrimoine culturel immatériel de l'Unesco, ne démarre que lundi prochain à 4h du matin, donc en plein Carême: Bâle est un canton protestant. Une manière de s'affranchir des règles non seulement sociales et morales, mais aussi religieuses.

Retrouvez l'actualité européenne dans l'émission Tous Européens.

Choix de la station

France Bleu