Infos

Le cauchemar continue pour les résidents du Félibre

Par Victoria Koussa, France Bleu Provence mercredi 26 octobre 2016 à 18:44

L'ancien espace vert de la résidence du Félibre transformé en chantier de construction pour un parking sous-terrain.
L'ancien espace vert de la résidence du Félibre transformé en chantier de construction pour un parking sous-terrain. © Radio France - Victoria Koussa

Depuis mai dernier, les habitants de l'HLM Le Félibre à Aix-en-Provence subissent le bruit assourdissant des travaux, la poussière et depuis peu, une grue installée dans leur ancien espace vert.

Deux mois de travaux. Et les résidents du Félibre continuent leur combat pour rendre caduc le permis de construire de Pays d'Aix Habitat, leur bailleur social et propriétaire du chantier. Car à la rentrée prochaine, une résidence étudiante de 200 studios doit voir le jour avec un parking sous-terrain. Mais les problèmes s'accumulent du côté des habitants du Félibre.

Des nuisances

Qui dit travaux dit nuisances. Mais les voisins du chantier relèvent des anomalies depuis le premier coup de pioche, le 1e août dernier.

Des fissures sur les murs, des poussières rouges retrouvées sur les balcons accentuant les bronchites chroniques chez les plus fragiles (certificats médicaux à l'appui), des vibrations, du bruit de 7h du matin à 19h et il y a peu, la rupture d'une canalisation d'eau servant à alimenter l'extérieur.

De son côté, Pays d'Aix Habitat s'est pourtant engagé le 29 août dernier à sécuriser le chantier, à nettoyer les balcons à la fin des travaux, en 2016. Cependant, des propositions émises par les habitants, comme installer un filet de protection sur l'ensemble de la façade touchée par les travaux, ont été rejetées.

Aucun compromis n'a été trouvé entre le bailleur et ses locataires sur une possible gratuité de plusieurs mois de loyers, la dernière demande des habitants.

Pays d'Aix Habitat devant la justice

Regroupés au sein de l'association Les Faits Libres Défense, 56 résidents ont porté le dossier devant la justice et tentent de prouver que le permis de construire n'est pas conforme, notamment sur deux points essentiels : l'obturation de la luminosité qui est interdite et le non respect de 40% d'espace vert, garanti normalement à chaque résidence.

Mais d'après Charlotte de Busschere, une conseillère municipale de l'opposition à Aix-en-Provence, le propriétaire doit "garantir la sécurité et la tranquillité de ses habitants". En construisant ces centaines de logements en plus, c'est d'après elle de la "densification intensive au mépris de l'existence".

Le tribunal de grande instance va trancher. Jugement attendu le 15 novembre prochain.

Reportage auprès des habitants du Félibre.

Partager sur :