Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le centre Afpa de Châteauroux accueille une vingtaine de jeunes en échec scolaire

-
Par , France Bleu Berry

Ce lundi, 18 jeunes sont accueillis au centre Afpa de Châteauroux dans le cadre du dispositif "La Promo 16-18".

AFPA
AFPA © Radio France - afpa

C'est l'un des dispositifs mis en place dans le cadre du plan "Un jeune, une solution". La Promo 16-18 s'adresse aux jeunes en situation d'échec scolaire. Une première promotion est accueillie à partir de ce lundi au centre Afpa de Châteauroux. 18 jeunes vont rester pendant 13 semaines pour suivre des formations et envisager un projet professionnel

"C'est un programme un petit peu atypique. On remet le pied à l'étrier, on reprend un rythme dans la vie personnelle pour pouvoir se projeter dans une vie professionnelle. On lève les obstacles et surtout le manque de confiance que ces jeunes ont. C'est ce qu'on travaille en priorité", souligne Véronique Baillargeat, responsable du dispositif à l'Afpa Châteauroux.

ÉCOUTEZ - Les explications de Véronique Baillargeat, responsable de la Promo 16-18 à l'AFPA de Châteauroux

On a des promos qui se sont terminés avec de jolis projets ; des sorties de jeunes dynamiques et positives avec des signatures de contrat d'apprentissage

Ces jeunes ont souvent des parcours scolaires délicats. Le but est donc de leur redonner confiance avec un suivi personnalisé qui s'inscrit dans une vie de groupe. "Ils sont parfois abîmés par des parcours difficiles. Ces jeunes veulent raccrocher les wagons. Ils ont besoin de se poser, de prendre le temps, d'être encadré dans un environnement sécurisé", souligne Véronique Baillargeat. Le tissu économique berrichon est également mis à contribution. "Sur la deuxième phase du parcours, l'idée est de faire quelques immersions courtes en entreprise. On peut leur proposer ensuite un retour à l'école ou des projets professionnels", ajoute-t-elle.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess