Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le centre de déradicalisation à Beaumont-en-Véron à l'épreuve de la population

-
Par , France Bleu Touraine, France Bleu

Le 10 mars dernier, l’État annonçait le projet d'implantation d'un centre de déradicalisation à Beaumont-en-Véron. Une annonce précipitée qui a mis le feu au poudre dans le secteur. Des riverains se sont mobilisés. Et maintenant, les élus locaux tentent de calmer le jeu sur place.

Le centre de Pontourny, futur centre de déradicalisation
Le centre de Pontourny, futur centre de déradicalisation © Maxppp - Patrick Goupil

Dans le calendrier de ce projet annoncé le 10 mars dernier, on est dans la première phase de négociations précise le député socialiste du Chinonais Laurent Baumel. Il faut d'abord voir si les 37 salariés actuels de Pontounry acceptent de travailler dans ce centre de déradicalisation. A l'heure actuelle, la moitié des 15 éducateurs aurait donné leur accord. La vingtaine de personnels d'entretien serait quasiment tous partants.

Si c'est le cas, on entrera alors dans la 2ème phase.

Il faudra alors informer la population. "Essayer de rassurer" dit un élu local. Expliquer que le public visé sera en voie de radicalisation, et volontaire, loin du djihadiste. Des explications qui n'arrivent pas à convaincre les riverains. "On a pas de garanties sur le public qui va être installé dans ce centre" dit une voisine de Pontourny.

On a peur que ce soit un projet déjà ficelé. On a pas de relais. On a pas de soutien. Pourtant la parole des habitants est tout autant légitime, que la parole des salariés de Pontourny - Une habitante de Beaumont-en-Véron

L’État avait évoqué la possibilité d'un droit de véto possible. Mais pour qui? Les élus ou la population? L'idée est toujours d'actualité promet Laurent Baumel. "Il n'est pas question de passer en force" dit le député. "On repoussera l'ouverture d'un mois s'il le faut". Mais repousser le projet de semaines en semaines, en pleine pré-campagne de l'élection présidentielle, pourrait le condamner définitivement. C'est le souhait des riverains.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess