Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le centre de secours de Schoeneck va fermer, faute de pompiers volontaires

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

La caserne de pompiers de Schoeneck, près de Forbach va fermer début octobre, faute de pompiers volontaires en nombre suffisants. L'ancien chef de centre explique avoir tout fait pour tenter de trouver de nouveaux volontaires.

Le centre de secours de Schoeneck existe depuis les années 20.
Le centre de secours de Schoeneck existe depuis les années 20. © Radio France - Marc Bertrand

Pierre Hamm ? "Vous ne trouverez pas chez lui le weekend", dit un de ses voisins. Après 34 ans de pompier volontaire, le chef de centre de la caserne de pompiers de Schoeneck a pris sa retraite des sapeurs-pompiers le 1er janvier 2020, à 51 ans. Pour pouvoir se consacrer à sa famille. Pouvoir partir en weekend, par exemple : "On rattrape un peu le temps perdu. Il y a des choses qu'on a raté en passant notre temps chez les pompiers, plus qu'auprès de ses enfants ou de sa famille", sourit l'homme, aux cheveux courts grisonnants. "Dimanche et jours fériés, par tous les temps, on abandonne tout pour les citoyens".

"On a tout fait pour tenter de trouver des volontaires"

Avec lui, trois autres pompiers volontaires aguerris, des "piliers" de la caserne, ont arrêté au début de l'année. Il ne reste que 11 pompiers volontaires, pas assez pour faire tourner le centre de secours. Et pas moyen d'en trouver de nouveaux. La caserne va fermer ses portes début octobre. Pourtant, Pierre Hamm a tout fait pour trouver de nouveaux volontaires, et garder la caserne du village de 2500 habitants : "On a fait des campagnes de recrutement, il y a ici une section de jeunes sapeurs pompiers depuis 1984, mais ça ne suffit plus pour réalimenter les petits centres de secours"

Les jeunes aujourd'hui ne se permettent plus autant de contraintes que nous avant, en plus de leurs problèmes professionnels, les problèmes dans le volontariat démotivent un peu les gens

Les pompiers qui sont encore là seront affectés à la caserne de Stiring-Wendel : "C'est à 3 km, ce n'est pas un problème pour les interventions", estime le maire, Gabriel Bastian. "Mais c'est une institution, une vie du village qui disparaît. Mais bon, il y en a qui ont pris de l'âge et qui n'ont plus envie". A demi-mots, certains soufflent aussi que le conseil départemental, désormais chargé de l'entretien des centres de secours, n'est pas mécontent de regrouper certaines casernes pour faire des économies.

1% de la population, et le centre survivait

Les contraintes de performances physiques demandées aux sapeurs-pompiers par le Service départemental d'incendie et de secours de Moselle, plus exigeantes que dans d'autres département, en ont également démotivé certains. Pierre Hamm, lui, a fait le calcul : il y a 2500 habitants à Schoeneck, 1500 en âge d'être pompiers volontaires. Avec 15 personnes, 1% de la population, le centre aurait pu survivre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess