Climat – Environnement

PHOTOS - Le centre de soins aux oiseaux d'Inxent menacé de fermeture

Par Claire Mesureur, France Bleu Nord mardi 6 septembre 2016 à 11:25

Le centre de soins d'Inxent a déjà accueilli plus de 800 pensionnaires cette année
Le centre de soins d'Inxent a déjà accueilli plus de 800 pensionnaires cette année - OISO

Créée en 2006 à Inxent, près de Montreuil-sur-Mer (Pas-de-Calais), l'association OISO (Observation Initiation Soins aux Oiseaux) doit faire face à de graves difficultés financières. Il lui manque 40.000 euros pour boucler l'année et l'association pourrait être amenée à fermer son centre de soins.

OISO est sans doute victime de son succès. L'association basée à Inxent, dans le Pas-de-Calais, gère le dernier centre de soins aux oiseaux de la région. Elle avait accueilli une centaine de pensionnaires l'année de sa création en 2006. Ils étaient plus de 800 l'année dernière et le chiffre pourrait dépasser le millier en 2016. Il s'agit, pour la plupart, de jeunes qui ont perdu leurs parents et qui doivent être nourris et soignés jusqu'à ce qu'ils deviennent autonomes, les autres ont été retrouvés blessés sur le bord d'une route ou dans un jardin, tous doivent ensuite retrouver leur liberté.

Plus de 800 oiseaux accueillis en 2015

L'association a dû se professionnaliser et emploie aujourd'hui trois salariées, dont une à temps plein. "Qui dit salariés dit charges, constate son président Jacques Bonvoisin, et quand on dépense tant d'argent pour nourrir 100 animaux, on en dépense deux fois plus pour en nourrir 200"! Résultat, il manque 40.000 euros à OISO pour faire face à ses charges d'ici la fin de l'année.

La soigneuse nourrit un jeune martinet noir - Aucun(e)
La soigneuse nourrit un jeune martinet noir - OISO

Sur un budget annuel de 100.000 euros, le Conseil régional des Hauts-de-France lui alloue une subvention de 37%. Seulement voilà, l'association n'a pour l'instant touché qu'une partie de sa subvention, comme toutes les associations qui sont subventionnées par la Région. "La question est inscrite à l'ordre du jour de la prochaine commission Environnement/Biodiversité qui doit se tenir le 15 septembre, tente de rassurer Jean-Michel Cattoen le vice-président en charge, la décision sera ensuite entérinée par la commission permanente du Conseil régional avant la fin du mois".

Trouver de nouveaux financeurs

Mais l'assemblée régionale n'intervient pas seulement auprès des associations de défense de l'environnement. En 2015, elle avait consacré 8,5 millions d'euros au soutien de 109 acteurs de terrain. De petites structures comme OISO ou la Ligue protectrice des animaux de Calais, mais aussi des partenaires plus institutionnalisés comme les parcs, réserves et autres espaces naturels sensibles ou les syndicats d'entretien des cours d'eau. "OISO ne doit pas se contenter des subsides de la Région, elle a d'ailleurs perdu le soutien du département du Pas-de-Calais, et doit se trouver de nouveaux financeurs" constate Jean-Michel Cattoen. Même s'il est sans doute plus difficile pour une petite association sans comptable de multiplier les dossiers de demande de subventions.

Une buse variable est relachée après avoir reçu des soins - Aucun(e)
Une buse variable est relachée après avoir reçu des soins - OISO

Jean-Michel Cattoen, par ailleurs très impliqué dans les milieux de la chasse, dénonce également ses détracteurs selon lesquels ses activités de chasseur pourraient influencer la politique environnementale de la nouvelle région Hauts-de-France.

L'association OISO vient quant à elle de lancer un appel au financement participatif par l'intermédiaire de son site internet. Elle a déjà collecté plus de 6.000 euros.

Le reportage de Claire Mesureur à Inxent, au centre de soins de l'association OISO