Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le champion toulousain Sofiane Oumiha a (enfin) sa salle de boxe

-
Par , France Bleu Occitanie

Deux ans après sa médaille d'argent aux JO de Rio, le boxeur Sofiane Oumiha a enfin pu ouvrir un club à son nom à Toulouse, une salle où il peut tout simplement s'entraîner. Jusque là et malgré son palmarès, il était obligé de trouver des alternatives peu confortables pour un sportif de haut niveau.

La salle est ouverte depuis le 3 septembre dernier.
La salle est ouverte depuis le 3 septembre dernier. © Radio France - Bénédicte Dupont

Toulouse, France

"Soso" a toujours gardé le sourire. Et un objectif : rester à Toulouse, sa ville natale, là où il revient entre deux combats. Mais lorsqu'il devait s'entraîner, Sofiane Oumiha, vice-champion olympique 2016, champion du monde amateur dans sa catégorie en 2017, médaille d'or aux Jeux Méditerranéens 2018, jonglait entre différentes possibilités pour le moins exotiques. L'an dernier, il nous confiait que la municipalité ou le centre de performance sportive de Toulouse (le Creps) lui réservaient des créneaux horaires dans des salles depuis sa médaille olympique. Parfois avec des ratés dans la transmission des informations, comme une fois où il a fini par s'entraîner sur la pelouse d'un stade. Depuis le 3 septembre dernier, Sofiane Oumiha, 23 ans, dispose d'une salle à son nom, le "Boxoum", quartier Papus au Mirail.

Sofiane pose avec Mohamed Mimoune champion du monde IBO des poids super-légers, Franck Biasotto le président de Toulouse Métropole Habitat et le député Mickael Nogal. - Radio France
Sofiane pose avec Mohamed Mimoune champion du monde IBO des poids super-légers, Franck Biasotto le président de Toulouse Métropole Habitat et le député Mickael Nogal. © Radio France - Bénédicte Dupont

Une attente récompensée

"Avant on était dans 30 mètres carrés, maintenant on est dans 300 mètres carrés, avec du matériel professionnel tout neuf", se réjouit Mehdi Oumiha le cousin de Sofiane, désormais directeur sportif de la salle. Cette salle est prêtée en quelque sorte par Toulouse Métropole Habitat, le bailleur social qui fait une avance remboursable de 207.000 euros en plus d'une subvention de 15.000 euros. La Ville a aussi octroyé une enveloppe exceptionnelle de 10.000 euros. Le Département de la Haute-Garonne lui a payé les équipements : les sacs de frappe, les protections murales, le ring escamotable, etc. Bref, tout le monde a plus ou moins mis la main à la poche. Et quand la salle a été inaugurée ce 24 septembre, tout le monde a fait le déplacement pour la photo officielle : le préfet, le député, le maire de Toulouse, trois de ses adjoints, le vice-président du Département, celui de la Région. Sans compter les sponsors, et les amis sportifs du jeune boxeur. De quoi faire presque oublier que Sofiane comme il l'appelle tous dans leurs discours en le tutoyant a longuement patienté.

C'est vrai que c'était très long sans doute à cause des lenteurs administratives. Maintenant on a la salle, c'est l'essentiel. Je vais venir ici à chaque fois que je ne serai pas en déplacement. Je vais pour voir me concentrer pour la qualification aux JO de Tokyo. — Sofiane Oumiha

Pas rancunier le Toulousain, lui qui n'a jamais caché que des privés lui faisaient de l’œil et qu'il risquait de devoir passer professionnel pour disposer enfin de moyens dignes d'un athlète. D'autres n'hésitent pas à ruer un peu dans les brancards. À la Région, Kamel Chibli n'apprécie pas spécialement de voir les huiles taper dans le dos du jeune sportif

C'est triste parce que ça a mis un temps de fou et surtout ça ne s'est concrétisé que grâce à la médiatisation de Sofiane. D'autres jeunes dans les quartiers, moins connus, ont des projets qu'il faut aider aussi. Ça n'est pas tout de récupérer la réussite d'un sportif de haut niveau issu des quartiers, il faut la volonté politique pour les autres. — Kamel Chibli, vice-président de la Région Occitanie chargé des Sports et de la Jeunesse

Ici avec Kamel Chibli, vice-président de la Région Occitanie en charge de l’Éducation, de la Jeunesse et du Sport. - Radio France
Ici avec Kamel Chibli, vice-président de la Région Occitanie en charge de l’Éducation, de la Jeunesse et du Sport. © Radio France - Bénédicte Dupont

Réfléchir à l'après-combats

Mais la médiatisation de Sofiane Oumiha, sa sympathie et son aura auprès du milieu sportif toulousain ont permis de faire bouger les choses. On appelle ça du lobbying dans d'autres milieux. Lors de l'inauguration officielle, les initiés ont reconnu quelques sportifs rouges et noirs : Yoann Huget, Antoine Dupont, Sofiane Guitoune du Stade Toulousain sont venus faire la photo. Le club du Top 14 s'est engagé à réaliser des stages au Boxoum à partir de novembre prochain. Et puis dans le sillage du gamin de la Reynerie, anciennement licencié à Bagatelle, sont entraînés d'autres étoiles de la boxe toulousaine. Certains ont déjà fait leurs preuves : Mohamed Mimoune, champion du monde des super légers s’entraîne à Papus tout comme la jeune Houria Djalout, championne de France 2018 venue de Perpignan pour prendre du grade. 

Même les joueurs du Stade Toulousain, partenaire de Sofiane et du Boxoum, sont venus pour la photo. Ici Yoann Huget, Sofiane Guitoune et Antoine Dupont. - Radio France
Même les joueurs du Stade Toulousain, partenaire de Sofiane et du Boxoum, sont venus pour la photo. Ici Yoann Huget, Sofiane Guitoune et Antoine Dupont. © Radio France - Bénédicte Dupont

Sofiane pense aussi à l'après. À 23 ans, il vise les JO de 2020 à Tokyo pour lesquels il doit se qualifier, via les Jeux Européens en juin 2019 et les Championnats du Monde en Russie l'été prochain. Le Toulousain a également décroché en janvier dernier son diplôme d'Etat de professeur de boxe.

PRATIQUELe Boxoum, 2 place Papus à Toulouse est ouvert à tous, les inscriptions sont toujours ouvertes. Trois entrainement par semaine pour les enfants comme pour les adultes. Ouvert aux garçons et aux filles à partir de 6 ans. Cotisation annuelle : 150 euros l'année pour les enfants, 250 euros pour les plus de 18 ans.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu