Société

Le chasseur lorrain à l'affût d’une nouvelle image

Par Lucas Valdenaire, France Bleu Sud Lorraine vendredi 23 octobre 2015 à 10:00

La chasse est ouverte en Lorraine depuis le 20 septembre
La chasse est ouverte en Lorraine depuis le 20 septembre © Radio France - Lucas Valdenaire

La chasse, un loisir ringard ? Armés de flèches et de mini-caméras, les passionnés cassent les clichés pour attirer les jeunes et les femmes. France Bleu les a rencontrés en lisière d'une forêt lorraine, le jour de l’ouverture de la chasse.

La France a perdu la moitié de ses chasseurs en quarante ans. Selon la FNC, la Fédération nationale des chasseurs, ils sont à peine plus d’un million aujourd’hui*. La tendance est la même en Lorraine : la région ne compte plus que 30.000 chasseurs. Les premiers concernés avancent plusieurs explications et notamment celle des dépenses (permis, taxes, parts de chasse et matériel) toujours plus élevées. Mais ils le savent, la crise des chasseurs, c’est aussi celle de leur image. Ils sont de plus en plus nombreux à vouloir casser les clichés du chasseur ringard, alcoolique voire dangereux. C’est le cas de ces trois passionnés meurthe-et-mosellans.

Des flèches pour attirer les jeunes

Pour l’ouverture de la chasse en Lorraine, ils ont sorti les bottes et les fusils. Rien de très original, mais la prochaine fois, ils partiront avec… un arc et des flèches. Ce nouveau mode de chasse concurrence de plus en plus la bonne vieille carabine. 

La chasse à l'arc reste largement minoritaire mais séduit les plus jeunes - Radio France
La chasse à l'arc reste largement minoritaire mais séduit les plus jeunes © Radio France - Lucas Valdenaire

Pour ce chasseur lorrain, près de Nancy, l'arc attire de plus en plus de jeunes.

C'est une autre vision de la chasse. Ils ont l’impression de chasser plus naturellement. Parce qu’on a un arc, une flèche, contre du gibier.

L'arc ne représente pour le moment que 3% des modes de chasse (contre 84% avec un fusil ou une carabine) mais David Gaillardon, de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage, le constate avec satisfaction :

La chasse à l’arc connaît un essor considérable. C'est une chasse véritablement durable et écologique. C'est très tendance !

Les jeunes intègrent de nouvelles technologies

Dans la forêt,  il n’est pas rare de croiser un jeune chasseur avec une caméra. A la surprise des anciens, ce passionné de 19 ans ne sort plus sans sa GoPro pour chasser le petit gibier. Attention, pas sur le fusil, c’est interdit, mais sur la poitrine. Une mini-caméra pour enregistrer et partager ses meilleurs moments de chasse au merle ou à la tourterelle. Selon lui, les nouvelles technologies prennent une part de plus en plus importante dans sa vie de chasseur.

Pour retrouver les chiens, on a des colliers émetteurs. On a aussi des caméras qui prennent les animaux en photo, là où ils viennent manger. La GoPro permet de filmer et de partager les vidéos sur différents réseaux. Il y a beaucoup de technologies qui se sont incrustées dans le monde de la chasse et ça peut être attractif pour les jeunes.

Cette évolution commence à porter ses fruits puisque le nombre de jeunes chasseurs est en augmentation (aujourd’hui en France, près d’un chasseur sur six a moins de 34 ans), tout comme le nombre de candidats au permis de chasse (20.000 chaque année depuis six ans). Comme le dit David Gaillardon de l’Office nationale de la chasse et de la faune sauvage :

La chasse ? C'est à la mode. J’en veux pour preuve qu’il y a de plus en plus d’urbains et de jeunes femmes qui s’inscrivent à l’examen du permis de chasse.

Les femmes changent l’image des chasseurs

Sous la cagoule, la queue de cheval : cette jeune femme a passé son permis de chasse il y a deux ans. A l’écouter, l’image ringarde du vieux chasseur part en éclat quand la femme prend la parole et le fusil.

Il y a de plus en plus de femmes qui chassent. Elles créent aussi des associations féminines. Et puis, les examinateurs le disent : les femmes sont meilleures sur le volet sécurité que les hommes. Le côté maman peut-être. C’est une autre manière de voir la chasse.

De nouveaux modes de chasses et de nouvelles technologies pour attirer un nouveau public, plus jeune et plus féminin. Le plan de bataille est clair mais les passionnés ne sont pas dupes : il y a encore beaucoup de chemin à parcourir avant d'inverser la courbe... celle du nombre de chasseurs en Lorraine et en France.

La France a perdu la moitié de ses chasseurs en 40 ans  - Aucun(e)
La France a perdu la moitié de ses chasseurs en 40 ans - Lucas Valdenaire

*Tous les chiffres indiqués ont été publiés au mois de juillet 2015. Ils sont à retrouver dans la dernière étude du BIPE, un cabinet de conseil en analyse stratégique et prospective économique.