Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Le plus de l'info de France Bleu Belfort Montbéliard

Le château d'Hérimoncourt, ancienne propriété de la famille Peugeot, bientôt à vendre?

dimanche 13 mai 2018 à 19:32 Par Wassila Guittoune, France Bleu Belfort-Montbéliard

Pays de Montbéliard Agglomération souhaiterait se séparer du château d'Hérimoncourt. La collectivité a proposé à la commune d"Hérimoncourt d'acheter le site pour un euro symbolique, or la mairie n'a pas les moyens d'entretenir la bâtisse : la vente à un particulier est donc envisagée.

Le château Eugène Peugeot à Hérimoncourt a été construit au 19e siècle
Le château Eugène Peugeot à Hérimoncourt a été construit au 19e siècle - PMA

Hérimoncourt, France

Le château d'Hérimoncourt, dans le Doubs, ancienne propriété d'un des membres de la famille Peugeot, construit au 19è siècle pour le compte de Jules Eugène Gaston Peugeot, pourrait bientôt être proposé à la vente. L'actuel propriétaire du site, PMA, Pays de Montbéliard Agglomération, souhaite s'en séparer, car elle affirme ne plus avoir les moyens financiers pour prendre en charge une telle bâtisse : 70 000 euros sont dépensés chaque année pour son entretien. La collectivité a donc contacté la commune d'Hérimoncourt pour lui proposer de racheter à l'euro symbolique la demeure, or la maire Marie France Botarlini estime ne pas avoir les ressources suffisantes pour entretenir le château. L'une des solutions envisagées serait donc de le vendre à un particulier.

91 sites de PMA à vendre?

Pays de Montbéliard Agglomération est propriétaire de 91 sites, dont le stade Bonal ou l'Axone pour les plus connus. Le château d'Hérimoncourt ne sera donc pas le seul site à vendre, du moins aux communes. En effet, la collectivité, à travers la voix de son président Charles Demouge, estime être en difficulté financière : "L'agglomération du Pays de Montbéliard était une agglomération riche, mais la loi Notre est arrivée : de nouvelles communes ont intégré PMA et avec elles, nous avons à entretenir de nouveaux sites. Dans le même temps les moyens financiers pour entretenir correctement ce patrimoine ont baissé : il était prévu que nous ayons 2 millions d'euros de dotation globale de fonctionnement, nous avons récupéré seulement 400 000 euros, cela ne fait pas beaucoup". L'élu, par ailleurs maire Les Républicains de Fesches-le-Châtel, a donc encouragé plusieurs communes à racheter des sites pour un euro symbolique. Il donne ainsi l'exemple du moulin de la Doue proposé aux communes d’Abbévillers et de Glay : "Les mairies peuvent ensuite en disposer comme elles veulent : louer le site par exemple pour des mariages, faire des bénéfices. Nous agglomération, nous ne pouvons le faire car ce n'est pas dans nos compétences. ".  Tous les sites ne sont pas concernés, "hors de question de vendre le Stade Bonal par exemple".

Les communes dans l'incapacité d'entretenir le patrimoine

"Acheter pour l'euro symbolique oui, mais après on en fait quoi?" s'interroge Marie France Botarlini, maire d'Hérimoncourt, à qui il a été proposé de racheter le château d'Hérimoncourt. L'élue n'a pas encore soumis le projet au conseil municipal, mais craint de devoir refuser l'offre : "entre l'entretien du parc et celui du bâtiment cela représente 70 000 euros par an de charges : nous ne sommes pas en capacité de pouvoir financer une telle somme. Nous avions réfléchi à un projet culturel : l'installer dans cet endroit qui est magnifique, mais nous n'avons pas les moyens de le faire, d'autant qu'il faudrait investir, remettre la bâtisse aux normes de sécurité et d'accessibilité pour accueillir du public. Cela me parait impossible". 

Le patrimoine du Pays de Montbéliard Agglomération sacrifié au nom de la rentabilité?

"Redonner les sites gérés par PMA aux communes, c'est parfois condamner le patrimoine à sa disparition" résume Eric Lançon, conseiller communautaire d'opposition de Pays de Montbéliard Agglomération : "les communes, par manque de moyens, vont forcément moins investir, et à terme pourquoi pas fermer les sites". Eric Lançon s'interroge également sur la pertinence du "tout rentable lorsqu'on parle de patrimoine. On ne peut pas raisonner que par la rentabilité, sinon on devient une entreprise privée, or ce n'est pas le cas. Nous sommes un service public, une collectivité".