Société

Le Cher va accueillir une centaine de migrants supplémentaires

Par Michel Benoît, France Bleu Berry mardi 20 septembre 2016 à 19:32 Mis à jour le mercredi 21 septembre 2016 à 13:33

Le département du Cher dispose de nombreux logements sociaux vacants qui pourraient hébergés des migrants
Le département du Cher dispose de nombreux logements sociaux vacants qui pourraient hébergés des migrants © Radio France - Michel Benoit

Le gouvernement s'est engagé à démanteler la jungle de Calais "le plus rapidement possible". Les migrants seront dispersés dans des structures d'accueil partout en France. La préfecture du Cher, a annoncé que le département en accueillera 100, en deux vagues de 50 personnes.

La première vague de demandeurs d'asile devrait arriver fin septembre dans le Cher, la seconde mi-octobre. Des migrants qui seront hébergés sur Bourges, Vierzon et nouveauté, à St-Amand-Montrond. La ville de St-Amand-Montrond devrait accueillir une quinzaine de migrants. Ce seront donc les premiers là-bas; Vierzon une trentaine supplémentaire, et Bourges une cinquantaine supplémentaire.

Trois vagues de migrants sont déjà arrivées dans le Cher. Les premiers à Bourges en octobre, l'année dernière. Ils étaient quinze, des hommes célibataires, Soudanais pour la plupart. Une dizaine ensuite en février, et une quarantaine au mois d'Aout, répartis sur Bourges et pour la première fois sur Vierzon avec douze personnes. Il s'agit de Pakistanais, d'Afghans et de Soudanais. Soit au total, soixante-quatre personnes hébergées dans le Cher. Deux avaient déjà le statut de réfugiés, deux l'ont obtenu depuis leur arrivée. Pour les autres, les dossiers sont toujours à l'étude.

Seuls, huit ont disparu. Sans doute sont-ils retournés sur Calais pour tenter la traversée vers l'Angleterre. Ces migrants sont pris en charge par deux associations. Cinquante-quatre places ont été créées cette année dans le Cher en CADA (centre d'accueil de demandeurs d'asile). Ce qui porte la capacité du département à 259 places. Aucun de ces migrants n'a posé de trouble à l'ordre public, précise la préfecture. Dans l'Indre, pas de chiffres précis délivrés par la préfecture, mais on sait qu'une trentaine de migrants devraient arriver sur Argenton et au moins une dizaine sur Châteauroux et Issoudun.