Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le chrysanthème en Béarn : de la boule à la pomponette

jeudi 1 novembre 2018 à 5:44 Par Marie-Line Napias, France Bleu Béarn

Le chrysanthème est à la Toussaint ce que le muguet est au premier mai. Il doit absolument être prêt à temps pour une période de vente très courte. Un vrai défi pour les horticulteurs.

L'une des serres de l'entreprise Bergeret à Meillon
L'une des serres de l'entreprise Bergeret à Meillon © Radio France - Marie-line Napias

Pau, France

En Béarn, une demi-douzaine d'horticulteurs produisent des chrysanthèmes. Ils sont essentiellement installés en plaine de Nay, dans le secteur de Meillon. C'est le cas des serres d'Alain Bergeret. Il cultive environ 7000 pots par an. Le chrysanthème c'est une histoire de patience et de soins intensifs pendant six mois. Il faut le rempoter, le tutorer, le pincer pour que les fleurs se multiplient, l'arroser quand l'été est sec comme cette année. Le résultat avant les livraisons, c'est un tapis de fleurs multicolores, les traditionnelles : les "boules", ou les petites fleurs : les "pomponettes", plus à la mode aujourd'hui. 

Alain Bergeret, horticulteur passionné

Il y a du gaspillage, pour avoir du choix jusqu'au bout, il faut en faire beaucoup, donc il y a des jolis, du beau, du très beau, du moyen, nous nous disons : tant pis, il y en aura pour tout le monde.  Il y a 40 ans on faisait 650 ou 700 pots de "boules" et seulement cent "pomponettes", aujourd'hui c'est complètement la tendance inverse. Pour la petite fleur il y a 70 à 80 coloris et toutes formes de fleurs.

En quatre jours, l'entreprise va faire 30 à 40% de son chiffre d'affaires. Certains habitués viennent tous les ans depuis des années, acheter leurs chrysanthèmes sur place. Alain Bergeret vend essentiellement sur les marchés :  à Gan, Jurançon, Pontacq, Lembeye, et dans les Hautes-Pyrénées à Argelés-Gazost et Lourdes.

Pour ne pas rater la Toussaint il faut un maximum de monde pour vendre ces chrysanthèmes

J'ai la chance d'avoir une famille assez grande. Le bénévolat n'existe plus, y compris mes propres frères et sœurs. On doit se mettre aux normes, on déclare la famille, on déclare les amis. Ça aussi ça devient de plus en plus compliqué. L'entraide n'est plus possible. On met les bouchées doubles, voire triples, on fait des grosses, grosses, journées. 

Alain Bergeret ne fournit pas les grandes surfaces. Généralement leurs chrysanthèmes viennent du secteur d'Angers et de Nantes. Le reste de l'année d'autres fleurs et plants de légumes sont disponibles à Meillon.