Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : L'affaire Vincent Lambert

Affaire Vincent Lambert : le CHU de Reims se prononce en faveur de l'arrêt des traitements

lundi 9 avril 2018 à 15:22 - Mis à jour le lundi 9 avril 2018 à 17:29 Par Sophie Constanzer, France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu Drôme Ardèche et France Bleu

A l'issue d'une procédure collégiale, le CHU de Reims se prononce ce lundi en faveur de l'arrêt de l'alimentation de Vincent Lambert, hospitalisé depuis septembre 2008 dans un état végétatif irréversible. La famille se déchire sur le sort de Vincent Lambert.

Les proches sont avisés de l'avis du CHU ce lundi.
Les proches sont avisés de l'avis du CHU ce lundi. © Maxppp - Rémy Wafflart

Reims, France

Le CHU de Reims reçoit tour à tour ce lundi 9 avril 2018 les proches de Vincent Lambert pour les informer de la décision du médecin, à l'issue de la procédure collégiale initiée en septembre dernier. Le médecin en charge de Vincent Lambert se prononce en faveur de l'arrêt des traitements. Ce que refuse une partie de ses proches depuis 2008. Victime d'un accident de la route, Vincent Lambert est hospitalisé depuis septembre 2008 au CHU de Reims dans un état végétatif irréversible et son sort divise sa famille. Son neveu et son épouse Rachel Lambert sont pour l'arrêt des soins, tandis que les parents sont contre. 

Les proches avisés de la décision du médecin ce lundi

C'est déjà la 4e procédure collégiale d'arrêt des soins initiée concernant Vincent Lambert. Il y a 5 ans presque jour pour jour, le 10 avril 2013, le Docteur Kariger se prononçait pour l'arrêt des soins du patient, avant que la bataille judiciaire ne commence. La procédure collégiale pouvant mener ou non à l'arrêt des soins est une procédure de la loi Léonetti sur la fin de vie. Elle consiste notamment, pour un médecin, à recueillir l'avis de la famille et du corps médical concerné, pour éclairer la décision médicale finale. Les familles ont donc été avisées ce lundi de la décision du Docteur Sanchez, le médecin en charge de Vincent Lambert. 

C'est pas une satisfaction mais j'ai quand même l'impression que ça va dans le bon sens... et que ça peut se faire -- François Lambert 

Le neveu de Vincent Lambert, François Lambert, ne parle pas de victoire, ni même de soulagement. "C'est la deuxième décision d'arrêt des traitements, la première n'avait pas été appliquée... donc c'est pas une satisfaction mais j'ai quand même l'impression que ça va dans le bon sens et que ça peut se faire...", souligne t-il. De son côté, le CHU de Reims ne souhaite pas s'exprimer ce lundi. Quant à l'épouse de Vincent, Rachel Lambert, qui est la tutrice légale, elle ne souhaite pas non plus commenter cette décision. 

Les parents de Vincent Lambert veulent un recours rapide devant la justice

Le médecin en charge de Vincent Lambert a donné un délai de 10 jours pour mettre en application sa décision. Mais sans surprise, l'avocat des parents de Vincent Lambert annonce un recours devant la justice. "Ce n'est qu'une décision d'un seul médecin... le Docteur Sanchez est un gériatre qui est dans ce service depuis moins de deux ans, qui n'a aucune expérience de ce type de patients : _on est en présence d'une décision injuste prise par un médecin incompétent_", souligne Maître Jean Paillot. Le recours, un référé liberté, doit être déposé devant le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne "d'ici la fin de la semaine".