Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le cimetière du Sud à Nancy : "Ce n'est pas un lieu triste, vous savez !"

mercredi 31 octobre 2018 à 19:16 Par Isabelle Baudriller, France Bleu Sud Lorraine

C'est l'un des plus vastes cimetières de l'Est de la France : le cimetière du Sud à Nancy s'étend sur 33 hectares. Depuis quelques jours, il a pris des couleurs. Les familles tiennent à la tradition de la Toussaint et se confient.

Le cimetière du Sud, à Nancy, s'étend sur 33 hectares et compte 36 000 sépultures
Le cimetière du Sud, à Nancy, s'étend sur 33 hectares et compte 36 000 sépultures © Radio France - Isabelle Baudriller

Nancy, France

Dans le froid, la pluie et le vent, elle enlève les feuilles d'automne qui recouvrent la tombe de ses beaux-parents. Huguette n'imagine la Toussaint autrement. Tant qu'elle a la santé, dit-elle. "C'est une coutume tellement ancrée, on a à cœur de faire comme tout le monde. S'il n'y avait pas ce moment, on risquerait peut-être d'oublier nos défunts."

Régine, elle, a choisi des chrysanthèmes couleur or et cuivre pour illuminer la sépulture familiale. Ici, reposent ses grands-parents, ses parents, un frère, son mari. Régine vient ici presque tous les dimanches. "Je me souviens de ma jeunesse avec mes parents", confie-t-elle, "c'était très vivant, avec mes frères. On n'était pas chacun à pianoter sur quelque chose... On parlait beaucoup. J'ai pu raconter à mes plus jeunes frères toute cette époque de la guerre où l'on avait un peu souffert quand même." Elle parle à ses défunts : "Quand je viens ici, c'est pour échanger, leur demander conseil, qu'ils m'éclairent ou qu'ils protègent mes petits-enfants en particulier, c'est important"

Pour moi, ils sont vivants !" - Régine, Nancéienne

Des sculptures, des arbres et de nombreuses allées : 26 km de voies circulables au cimetière du Sud - Radio France
Des sculptures, des arbres et de nombreuses allées : 26 km de voies circulables au cimetière du Sud © Radio France - Isabelle Baudriller

Sous un grand parapluie, Liliane, sa tante Antoinette et sa cousine Marie-Jo, fille d'Antoinette : "On s'est retrouvées là, ce n'était pas prévu ! On discute, même s'il ne fait pas beau". "Tous les ans, j'emmène maman fleurir les tombes", indique Marie-Jo qui habite dans les Vosges. Antoinette, elle aussi, vient "discuter" avec son époux. "Parfois, je passais à la boulangerie, j'achetais un croissant et je venais manger mon croissant assise sur la tombe, en discutant", sourit-elle.

Liliane souligne qu'elle aime se promener seule au cimetière du Sud le jour de la Toussaint. "Oh, ce n'est pas un lieu triste vous savez !" Un cimetière créé en 1883. Un espace de 33 hectares au cœur de la ville, parsemé d'un millier d'arbres.

  • L'autre cimetière de Nancy, Préville, compte 11 000 tombes - dont celles d'Emile Gallé, Louis Majorelle et de Marie Marvingt - sur une superficie de 11 hectares.