Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le cimetière Saint-Pierre à Marseille, un véritable musée dans la verdure

mercredi 31 octobre 2018 à 18:25 - Mis à jour le jeudi 1 novembre 2018 à 9:08 Par Corrine Blotin, France Bleu Provence

Le cimetière Saint-Pierre, troisième nécropole de France avec ses 63 hectares, est un lieu très prisé des adeptes du tourisme funéraire. Un véritable musée dans la verdure créé en 1855 où les les curiosités et les tombes dignes d’intérêt ne manquent pas.

Le Cimetière St Pierre de Marseille, un véritable musée dans la verdure sur 63 hectares
Le Cimetière St Pierre de Marseille, un véritable musée dans la verdure sur 63 hectares - Ville de Marseille

Marseille, France

Avec une superficie de 63 hectares et quelques 100.000 sépultures, le cimetière Saint-Pierre est une ville dans la ville qui peut se visiter comme un véritable musée. Il suffit de passer la porte principale pour découvrir des tombeaux monumentaux, certains cossus, de grandes chapelles et des sculptures comme celle du boxeur Ray Grassi, en marbre de Carrare grandeur nature, ou encore la sculpture  le "dernier baiser" que fit ériger un époux profondément meurtri par la mort de sa femme, le représentant à l'instant où il donnait le dernier baiser à la défunte. Une oeuvre de l'Italien Buselli.

Edmond Rostand, Vincent Scotto, Antonin Artaud, Gaston Defferre et bien d'autres

Saint-Pierre est également le cimetière marseillais où reposent Edmond Rostand, Antonin Artaud, Gaston Defferre, l'acteur Rellys (qui incarnait Ugolin dans "Manon des Sources" de Pagnol en 1952) ou encore Vincent Scotto. Le compositeur français n'a d'ailleurs pas eu l'épitaphe qu'il souhaitait, raconte Jean-Pierre Cassely, guide conférencier : "Il voulait voir écrit sur sa tombe "Toute ma vie j'ai composé, aujourd'hui je me décompose". Sa femme a refusé, trouvant cela indécent." Une des nombreusesanecdotes racontées par Jean-Pierre Cassely lors de ses visites guidées.

Des bornes interactives et une application sur le site de la Ville

Compte tenu des 15 kilomètres de route qui sillonnent le cimetière, il est quasiment impossible de trouver une tombe par hasard. La ville de Marseille a mis en place des bornes interactives et, dernière innovation, une application sur le site de la Ville, qui permet, depuis chez vous et en quelques clics , même si vous êtes à l’autre bout de la France, de géolocaliser l’emplacement exact des tombes d’anonymes ou de personnalités. 

En revanche à Saint-Pierre, ne cherchez pas les tombes de Fernandel, que sa femme a souhaité faire enterrer à Paris, de Paul Ricard, exceptionnellement autorisé à être inhumé sur l’ile des Embiez ou encore de Marcel Pagnol, le tombeau le plus visité de Marseille, sitiué au cimetière de La Treille.