Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le clitoris géant dévoilé en plein coeur du campus de Poitiers

vendredi 24 novembre 2017 à 18:50 Par Noémie Lair, France Bleu Poitou et France Bleu

La sculpture d'un clitoris a été inaugurée ce vendredi midi sur le campus de l'université de Poitiers. Le clitoris trône au bout d'un mat, juste devant la Maison des étudiants. Le but : sensibiliser et faire réagir pour lutter contre les violences faites aux femmes.

L'oeuvre de Matthew Ellis a été installé en plein coeur du campus de Poitiers, devant la Maison des étudiants.
L'oeuvre de Matthew Ellis a été installé en plein coeur du campus de Poitiers, devant la Maison des étudiants. © Radio France - Noémie Lair

Poitiers, France

Ce vendredi midi, le président de l'Université de Poitiers, Yves Jean, l'artiste Matthew Ellis et les membres de l'association "Les amis des femmes de la libération" ont dévoilé la sculpture représentant un clitoris en plein cœur du campus.

Un clitoris qui rejoint le phallus géant déjà installé sur le campus il y a quarante ans par une confrérie.

Un mot encore tabou

Cette fois-ci, c'est l'association "Les amis des femmes de la libération" qui est à l'origine de cette initiative. Elle a demandé à l'artiste Matthew Ellis de créer un clitoris géant. La sculpture ne mesure pas plusieurs mètres, comme le "Vagin de la Reine" installé à Versailles en 2015, mais plutôt 1,5 mètre et trône au bout d'un mat de deux mètres de haut. Elle a été réalisée en acier inoxydable pour évoquer les outils des mutilations sexuelles.

Le président de l'Université de Poitiers, Yves Jean, a inauguré la sculpture. - Radio France
Le président de l'Université de Poitiers, Yves Jean, a inauguré la sculpture. © Radio France - Noémie Lair

Le but est de sensibiliser l'opinion publique aux mutilations sexuelles et aux violences faites aux femmes.. "On s'est dit que ce clitoris symbolisait plusieurs choses, explique Marion Babin, bénévole à l"association. Les violences faites aux femmes tout d'abord mais aussi l'intégrité du corps humain et le clitoris en tant qu'organe féminin."

Il y a des gens qui jettent des bouteilles d'urine au visage des prostitués, une femme a été brûlée par de l'acide et certaines sont violées." - Marion Babin

L'association s'occupe notamment de femmes victimes de la prostitution et qui subissent régulièrement des violences à Poitiers : "Il y a des gens qui leur jettent des bouteilles d'urine au visage, une femme a été brûlée par de l'acide et certaines sont violées", raconte Marion Babin.

Elle espère ainsi faire réagir les passants, ne serait-ce que sur le mot "clitoris" :"On s'est dit que tous les gens qui allaient passer à côté de ce clitoris allaient se poser des questions parce que c'est un mot qui reste tabou. Pourtant, il fait juste partie de l'anatomie féminine, ce n'est pas un mot vulgaire". Un des objectifs est donc de passer au-delà de ce tabou.

Une sculpture qui surprend

A première vue, la ressemblance avec la réalité n'est pas frappante. Les étudiants qui passent ne reconnaissent pas un clitoris. Mais sait-on réellement à quoi ressemble un clitoris ? L'organe féminin n'a fait son apparition dans un manuel scolaire que cette année, alors pour beaucoup, c'est un peu flou.

Au Royaume-Uni, la BBC pensait que c'était délicat d'écrire un article avec le mot clitoris. Donc ce n'est pas un mot utilisé très souvent." - Matthew Ellis, le créateur de la sculpture

C'est justement pour combattre cette méconnaissance que le sculpteur britannique Matthew Ellis a créé cette oeuvre. Et il a été confronté à beaucoup de résistance : "Au Royaume-Uni, la BBC pensait que c'était délicat d'écrire dans un article le mot 'clitoris'. Donc ce n'est pas un mot utilisé très souvent."

Avec cette oeuvre, l'association espère sensibiliser et rétablir l'équilibre entre hommes et femmes, phallus et clitoris, sur le campus.