Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Coronavirus : reconfinement en France à partir de vendredi, jusqu'au 1er décembre

Le collectif anti-mafia Massimu Susini, porté sur les fonts baptismaux.

-
Par , , France Bleu RCFM

Un deuxième collectif anti-mafia est né à Cargèse. Il porte le nom de Massimu Susini, militant nationaliste assassiné sur la commune en septembre dernier. Son objectif : agir, de manière pacifique, contre la mafia.

À la tribune, le  père de Maxime Susini, son oncle, mais aussi des professeurs ou encore des représentants d'associations de défense de l'environnement.
À la tribune, le père de Maxime Susini, son oncle, mais aussi des professeurs ou encore des représentants d'associations de défense de l'environnement. © Radio France - Thibault Quilichini

Le Collectif Anti-Mafia Massimu Susini a été lancé, samedi 5 octobre, à Cargèse. Environ 300 personnes ont répondu à l'appel des proches de ce militant nationaliste, assassiné le 12 septembre dernier, sur la plage du Peru, au pied de sa paillote « 1768 ». Parmi les participants, beaucoup de cargésiens, mais aussi des gens venus des quatre coins de l’île. À la tribune, le  père de Maxime Susini, son oncle, mais aussi des professeurs ou encore des représentants d'associations de défense de l'environnement. Des personnes désormais regroupées en un collectif qui ne vise qu’un seul objectif : agir, de manière pacifique, contre la mafia, en libérant la parole.

« Un contrat sur ma tête … »

L'expression "mafia" est revenue à chaque intervention. L'une d'elles a été particulièrement remarquée : celle de Vincente Cucchi. La présidente de l'association de défense de l'environnement ABCDE a évoqué les pressions qu'elle a subies et qu'elle subit encore : «La mafia, elle existe, je l’ai rencontré dans l’extrême-sud, sur les chemins, dans les mairies, quand on a fait sauter ma maison. J’ai même appris qu’une certaine personne avait mis un contrat sur ma tête. Est-il normal d’être soumis à ce régime de peur quand on fait son travail de citoyen, que l’on s’élève contre les passe-droits ? J’ai peur pour mes enfants. Nous sommes des victimes, et tous les corses qui subissent ce système sont des victimes. »

Vincente Cucchi : "J'ai rencontré la mafia ...j'ai peur pour mes enfants ..."

Beaucoup de monde à Cargèse pour la création du ciollectif anti-mafia Massimu Susini
Beaucoup de monde à Cargèse pour la création du ciollectif anti-mafia Massimu Susini © Radio France - Thibault Quilichini

Le collectif anti-mafia Massimu Susini  le deuxième collectif de ce type après celui créé le 25 septembre par des personnalités insulaires. Un collectif que certains aimeraient voir se démultiplier dans chacune des régions de Corse. 

Le collectif anti-mafia Massimu Susini porté sur les fonts baptismaux

Choix de la station

À venir dansDanssecondess