Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le collectif Chabatz d'Entrar dénonce un manque de places d’hébergements d'urgence à Limoges

jeudi 7 décembre 2017 à 19:15 Par Jérôme Ostermann, France Bleu Limousin

Une centaine de militants du collectif Chabatz d'Entrar a manifesté ce jeudi à Limoges. Ils dénoncent un manque de places d’hébergements d'urgence et demandent l'ouverture d'un gymnase.

Les militants du collectif Chabatz d'Entrar se sont retrouvés devant le 115 avenue Foucaud à Limoges
Les militants du collectif Chabatz d'Entrar se sont retrouvés devant le 115 avenue Foucaud à Limoges © Radio France - Jérôme Ostermann

Limoges, France

Le Collectif Chabatz d'Entrar (associations, syndicats, politiques, particuliers) est né il y a un an et demi avec l'arrivée en Limousin de migrants en provenance de Calais. Depuis, ils les aident comme ils peuvent, que ce soit pour apprendre le français, dans leurs démarches administratives mais aussi pour se loger. Un véritable problème cet hiver, et pas seulement pour les réfugiés. 

Ils ont donc manifesté ce jeudi entre le 115 situé avenue Foucaud à Limoges, et la préfecture de la Haute-Vienne. Une manifestation qui a réuni une centaine de personnes. Avant que le cortège s'élance, plusieurs animateurs du collectif ont lu une lettre ouverte adressée au préfet et au maire de Limoges (à écouter ci-dessous).   

L'intégralité en audio de la lettre ouverte du collectif Chabatz d'Entrar au préfet de la Haute-Vienne et au maire de Limoges

eSelon le collectif, des membres du 115 estiment que 200 personnes en Haute-Vienne, "n'ont pas de réponse à leur demande quotidienne d'hébergement". Un chiffre réfuté par le directeur du 115. Il n'empêche, les associations membres du collectif aident les personnes en difficulté comme elles le peuvent. Certains militants en hébergent, le collectif payent des nuits d'hôtels, ou placent certaines personnes dans des squats. 

Le préfet va bientôt participer à une maraude à Limoges 

Mais les associations disent ne plus avoir les moyens de leur solidarité et en appellent aux services de l'état. Ils demandent plus particulièrement l'ouverture du centre d'hébergement d'urgence du dispositif renforcé en période hivernale. Il s'agit du gymnase du Sablard, d'une capacité de 50 places, mis à disposition de la préfecture par la mairie de Limoges.

Stéphane Lajaumont, l'un des animateurs du collectif Chabatz d'Entrar, en appelle aux services de l'Etat

Mais l'ouverture de ce gymnase n'est pas d'actualité selon le préfet. Ce sera le cas si le plan grand froid est déclenché (cela dépend de plusieurs critères météorologiques). Raphaël Le Méhauté précise que 15 places supplémentaires vont être créer en février, pour arriver à 197 places d’hébergements d'urgence, dont 85 en hôtels.  

Le préfet de la Haute-Vienne rappelle également que la préfecture finance des maraudes quotidiennes (sauf le dimanche), pour aider ceux qui sont à la rue. A ses yeux, "il y a une véritable solidarité de l'état en Haute-Vienne". Le préfet envisage d'ailleurs de participer à une maraude la semaine prochaine, ou la suivante, "pour voir quelle est la réalité du terrain".