Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le collectif d'accueil de migrants Rosmerta fête ses deux ans

-
Par , France Bleu Vaucluse

Depuis l'hiver 2018, le collectif Rosmerta accueille des familles de migrants et des mineurs isolés étrangers au 7 rue Louis-Pasteur à Avignon. Deux ans après avoir réquisitionné ce lieu laissé vide par le diocèse d'Avignon, c'est l'heure du bilan.

Le collectif Rosmerta accompagne les jeunes migrants qu'elle accueille dans leur scolarité
Le collectif Rosmerta accompagne les jeunes migrants qu'elle accueille dans leur scolarité © Radio France - Mathilde Bouquerel

Cuisine pour les jeunes, cuisine pour les familles, salle de classe, infirmerie, salle informatique... Depuis leur réquisition en 2018 par le collectif Rosmerta, les locaux du 7 rue Louis-Pasteur à Avignon sont devenus un lieu de vie très organisé. Indispensable quand on accueille autant de monde. Car aujourd'hui le bâtiment accueille un peu plus de 35 mineurs isolés et cinq familles, soit environ 55 personnes. 

Une demande toujours plus importante

Et deux ans après sa création, ce que Rosmerta a transformé en centre social autogéré ne désemplit pas. "On a toujours des listes d'attente pour les familles, on a toujours des jeunes qui se présentent la nuit" explique Camille, l'une des fondatrices du collectif et référente de la commission accueil, "Il y a deux ans quand on a ouvert, on nous disait qu'on était fous, qu'il n'y avait pas de gens qui dormaient dehors à Avignon, ou en tout cas pas de jeunes, pas d'enfants. On voit bien que c'est faux."

Fatoumata, l'une des mamans accueillies dans les locaux de Rosmerta, en pleine préparation d'un repas pour sa famille
Fatoumata, l'une des mamans accueillies dans les locaux de Rosmerta, en pleine préparation d'un repas pour sa famille © Radio France - Mathilde Bouquerel

La grande fierté de Roberte, référente de la commission scolarité, c'est d'avoir réussi à scolariser tous les mineurs accueillis. "Sur les plus de 35 qui vivent ici, il n'y en a qu'un seul qui ne l'est pas", explique-t-elle, "Et on fait ça rapidement, dans les six semaines qui suivent leur arrivée généralement. Et nous ici on fait de l'aide au devoir, on les accompagne dans leur projet professionnel ..."

La reconnaissance des jeunes accueillis

Younoussa a 17 ans, il est l'un des premiers jeunes accueillis par Rosmerta. Il se souvient très bien de la date : "19 décembre 2018" car pour lui, ce jour-là tout a changé. "Quand je suis arrivé ici je ne parlais pas très bien français", raconte-t-il, "Alors on m'a envoyé au collège puis au lycée. Aujourd'hui je vais au lycée professionnel de chaudronnerie d'Orange."

À côté de Younoussa, il y a Issouf, 17 ans lui aussi. Aussi expansif que son ami est timide, Issouf affirme : "Ici c'est plus qu'une famille pour moi. Dix jours après mon arrivée, j'étais scolarisé et maintenant je vais dans un lycée agricole. Je tiens à remercier les bénévoles qui dépensent toute cette énergie pour nous parce que sans eux, je serai à la rue aujourd'hui." Plus tard, Issouf se destine au métier d'agriculteur parce que comme il le dit avec un sourire : "La terre ne trompe jamais."

Les enfants et les jeunes accueillis sont scolarisés dans les six semaines suivants leur arrivée.
Les enfants et les jeunes accueillis sont scolarisés dans les six semaines suivants leur arrivée. © Radio France - Mathilde Bouquerel

Pour aider Rosmerta, vous pouvez faire un don en ligne via la plateforme Hello Asso. Il est également possible d'apporter des produits d'hygiène type savon, shampooing, dentifrice ainsi que des denrées alimentaires comme du riz, des légumes, etc. Enfin le collectif recrute actuellement des bénévoles.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess