Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le collectif Rosmerta cherche des familles d'accueil en Vaucluse pour des mineurs isolés

-
Par , France Bleu Vaucluse

Rosmerta cherche des familles d'accueil pour accueillir des mineurs isolés en Vaucluse. Le collectif héberge à Avignon des migrants et depuis début janvier, a vu l'arrivée de nombreux jeunes en provenance du Mali ou de Côte-d'Ivoire.

Le collectif Rosmerta à Avignon cherche des familles d'accueil pour les mineurs isolés qui viennent d'arriver en Vaucluse
Le collectif Rosmerta à Avignon cherche des familles d'accueil pour les mineurs isolés qui viennent d'arriver en Vaucluse © Radio France - Isabelle Gaudin

Rosmerta cherche des familles d'accueil. Le collectif héberge à Avignon des migrants et des mineurs isolés étrangers. Aujourd'hui, Rosmerta est débordé, son lieu d'hébergement rue Pasteur est complet avec plus de 50 personnes accueillies. 

"Nous espérons trouver rapidement des familles pour les accueillir sur un temps qu'on détermine avec elles, ça peut être une semaine, un mois ou un peu plus" - Chantal Raffanel

L'inquiétude du collectif aujourd'hui, c'est l'arrivée récente de plusieurs jeunes entre 15 et 16 ans. D'où cet appel à des familles pour les prendre en charge quelque temps et soulager le collectif.

Chantal Raffanel est bénévole à Rosmerta, elle est inquiète pour ces mineurs isolés : "ils sont très jeunes. Nous espérons trouver rapidement des familles pour les accueillir sur un temps qu'on détermine avec elles, ça peut être une semaine, un mois ou un peu plus. Si c'est à Avignon ou alentours, on peut les scolariser très rapidement". 

Des parcours de vie déjà difficiles

Ramatou, 16 ans, est arrivée il y a quelques jours à Avignon. Elle a fuit la Côte-d'Ivoire parce-que son père voulait la marier de force. "Ma tantie m'a amenée au Maroc et elle m'a laissée là-bas chez une dame qui voulait me vendre. J'ai dit non et elle m'a mise dehors". Là-bas, c'est un autre calvaire qui l'attend, elle raconte comment elle a été violée, avant d'être secourue par un "monsieur" qui l'a conduite en Espagne.

Aujourd'hui, Ramatou est hébergée par une Avignonnaise, elle attend avec impatience d'aller à l'école. Tout comme Moussa, 15 ans. Parti de Côte-d'Ivoire avec son grand-frère, il l'a perdu dans la traversée entre la Libye et Lampedusa. "Le bateau s'est renversé, j'ai perdu mon grand-frère là-bas et beaucoup d'autres. Nous avons été sauvés par la Croix-Rouge italienne". 

Cette dizaine de jeunes arrivés dernièrement chez Rosmerta, rendent la situation compliquée pour le collectif, qui affiche déjà complet. "Nous cherchons des familles qui pourraient les accueillir quelques jours. Avec l'assurance que les jeunes retournent à Rosmerta à la fin de leur séjour", assure Chantal Raffanel.

Pour contacter le collectif : accueil@rosmerta-avignon.fr / 0664968750 / 0642690026.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix
Choix de la station

À venir dansDanssecondess