Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les enseignants du collège d'Ay lèvent leur droit de retrait activé après des incivilités des gens du voyage

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Les enseignants de l'établissement marnais avaient fait valoir leur droit de retrait jeudi matin. Si la présence des gens du voyage ne les gène pas, les incivilités et les actes violents d'une partie d'entre-eux ne permet plus d'assurer les cours sereinement. Ils ont repris les cours l'après-midi

Le collège Yvette Lundy d'Ay accueillait les élèves ce jeudi mais il n'y avait pas de cours.
Le collège Yvette Lundy d'Ay accueillait les élèves ce jeudi mais il n'y avait pas de cours. © Radio France - Alexandre Audabram

Ay, France

[Mise à jour à 15h20]

Les enseignants qui avaient fait valoir leur droit de retrait ont finalement décidé de reprendre les cours jeudi après-midi. "La réunion des autorités compétentes avec La Direction de notre établissement a été très productive" précise le représentant des enseignants du collège. "Des décisions ont été prises pour ramener un climat plus serein et plus sûr dans les jours à venir. Les enseignants ont donc décidé de reprendre leurs élèves en classe ce jeudi après-midi tout en restant vigilants sur la sécurité des élèves dans les prochains jours."

Jeudi après-midi, une dizaine de caravanes ont quitté le parking du collège. Des solutions de replis pour les gens du voyage ont été proposées dans d'autres communes. Les autres devaient suivre dans l’après-midi. Le maire de la commune, Dominique Levèque, que nous avons joint, était rassuré tout en étant démuni : "Il a fallu en arriver là pour que la situation évolue. Les professeurs qui se mobilisent, la pression médiatique, les parents qui se sont également fait entendre, j'ai du porter plainte pour trouble à l'ordre public. Et les choses ont bougé. Mais en tant que maire, les recours juridique sont compliqués pour moi. D'autant que nous n'avons pas d'aire d’accueil des gens du voyage car nous ne pouvons pas en avoir une. La configuration géographique ne le permet pas, par manque d'espaces disponibles entre les coteaux plantés en vigne, les zones inondables. Quant aux espaces disponibles réservés à l'urbanisation, ils se voient opposer une fin de non recevoir de la part des autorités. Et donc dans ce cas là, nous n'avons pas de possibilités légales de faire partir les gens à proximité de l'établissement qui se sont comportés de manière scandaleuse puisqu'il y a eu des agressions physiques et verbales et il était temps que cela s'arrête."

----------------------------

Il n'y a pas eu de cours jeudi matin au collège Yvette Lundy d'Ay suite au retrait des 35 professeurs du collège de la commune. La présence de campements de gens du voyage et surtout les incivilités qui ont eu lieu ces derniers jours ont poussé les enseignants à bout qui malgré les démarches effectuées par leur hiérarchie, n'ont pas vu les choses avancer. Ils ont fait valoir leur droit de retrait comme cela leur est permis par la loi. "Depuis le mois d'avril, nous avons des gens du voyage qui se sont installés derrière l’établissement, mais pas ceux que nous avons d’habitude" explique l'un des enseignants. "Moi cela fait 20 ans que je travaille ici, il y a toujours eu des gens du voyage aux abords du collège notamment pendant la période des vendanges, et il y a toujours eu un voisinage très cordial qui s'est mis en place, donc nous ne sommes absolument pas contre qu'ils s'installent ici.  Sauf que la,  nous avons deux groupes dont qui s'est installé depuis longtemps et qui est en train de devenir semi-sédentaire derrière l'établissement."

Et c'est bien ce groupe qui pose problème. Avec de nombreux incidents déclarés depuis plusieurs jours. La principale du collège (NDLR : qui n'a pas eu l'autorisation de s'exprimer) se serait fait insulter à l'approche du gymnase situé juste à côté. L’infirmière du collège qui a dû intervenir auprès d'un élève blessé au gymnase a reçu des jets de cailloux. Les vitres du gymnase ont été caillassées. Plus grave mardi dernier : un collégien s'est fait agresser à la sortie du collège, recevant des cailloux et un coup de poing dans le ventre. Les parents ont déposé une plainte. Certains élèves se seraient même fait suivre par des groupes puis menacer s'ils ne donnaient pas leur numéro de téléphone et leur adresse personnelle à leurs agresseurs issus du campement. Les élèves filles et les enseignantes ont également eu des difficultés à approcher sereinement le collège. Beaucoup se font aujourd'hui accompagner à l'entrée. La sécurité des quelques 500 élèves de l'établissement est donc clairement engagée.

Les gens du voyage sont installés autour du collège d'Ay. - Radio France
Les gens du voyage sont installés autour du collège d'Ay. © Radio France - Alexandre Audabram

Ce groupe qui multiplierait les incivilités se serait installé ici il y a quelques mois après avoir été déplacé. Il était basé sur la commune de Chouilly sur le passage du Tour de France au mois de juillet dernier, ce qui aurait précipité leur départ. 

"Nous avons fait valoir notre droit de retrait suite au contexte d'insécurité car nous n'avons encore une fois rien contre les gens du voyage avec qui ont a toujours su cohabiter" ajoute le représentant des enseignants. "Mais la il y a un climat particulier qui vient d'un groupe très particulier. Nous on souhaite qu'un climat serein et pérenne reviennent sur l’établissement. On vient ici pour apprendre, pas pour avoir peur.  Donc on espère des réponses des autorités mais en attendant nous encadrons les élèves, nous sommes sur le site car il est bien clair qu'il s'agit là d'un droit de retrait et non d'une grève. Nous souhaitons que le climat s’apaise".

Les enseignants se réunissent à chaque récréation pour discuter entre eux de l’évolution de la situation et discuter de la reconduction ou non de leur droit de retrait au delà de cette première journée.

Ce jeudi, des gendarmes se sont rendus sur place. La police municipale assure elle les horaires d'entrées et de sorties. 

Choix de la station

France Bleu