Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Trois ans après les attentats de Charlie Hebdo, des Bordelais s'interrogent sur la liberté d'expression

vendredi 5 janvier 2018 à 16:57 Par Alexandre Foucault, France Bleu Gironde

Un colloque, intitulé "Toujours Charlie", est organisé samedi après-midi à Paris. Un événement désirant défendre la liberté d'expression. Le sujet divise : si des militants de la LICRA s'y rendront, d'autres personnes ne comprennent pas l'utilité d'un tel rassemblement.

Rassemblement à Bordeaux après l'attentat à Charlie Hebdo
Rassemblement à Bordeaux après l'attentat à Charlie Hebdo © Radio France

Bordeaux, France

Trois ans après les attentats contre Charlie Hebdo, que signifie "être Charlie" ? C'est la question à laquelle le colloque “Toujours Charlie” va tenter de répondre. Il est organisé ce samedi après-midi, à Paris, par plusieurs associations de défense des libertés individuelles.

A cette occasion, elles ont invité des grands noms pour participer à cette réflexion : la philosophe Elisabeth Badinter, l’essayiste Pascal Bruckner, ou le rédacteur en chef de Charlie Hebdo, Gérard Blard.

"Les attaques contre la liberté d'expression se sont multipliées"

Une délégation bordelaise de la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (LICRA) s'y rendra. "Les attaques contre la liberté d'expression et le droit au blasphème se sont multipliées ces dernières années, comme si rien ne s'était produit il y a trois ans. Nous voulons défendre cette formule qui est une formule importante dans le combat pour cette liberté", explique la présidente de l'association bordelaise, Clothilde Chapuis.

Clothilde Chapuis : "Etre Charlie, c'est être attaché au droit de penser et de dire"

Au delà d'une simple formule, il s'agit également de rendre hommage aux victimes des attentats du 7 janvier 2015.  "Ceux qui ont commis les attentats se sont directement attaqués aux valeurs de la République, c’est-à-dire à ce qui fait le coeur de notre société. C’est comme si vous preniez un bulldozer et que vous détruisiez les fondations d’une maison", poursuit-elle.

"Il faut permettre que la libre-expression se fasse"

Faire un colloque en mémoire des attentats n'est pas du goût de tous, notamment d'un des principaux intéressés par la question : Urbs. Libraire et dessinateur à Bordeaux, il collabore avec les journaux Sud Ouest et Le Canard Enchaîné. Pour lui, "il faut que les gens qui organisent ce colloque arrêtent de se demander si l'expression doit être libre. Mais il vaut mieux permettre qu'elle se fasse, à commencer par en donner aux migrants, aux taulards et aux clodos qui n'en n'ont pas".

Urbs : "les anniversaires et le pathos, c'est pas mon truc"

Toutefois, le dessinateur souligne que s'il y a un recul de la liberté d'expression, cela n'est pas dû aux attentats mais à l'essor des réseaux sociaux. "Il arrive fréquemment que certains de mes dessins soient mal interprétés. Mais je ne vais pas faire un mode d'emploi à chaque fois que j'en fais un."