Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le combat de la bordelaise Marion Larat continue

mardi 3 novembre 2015 à 19:47 Par Gil Rebecca, France Bleu Gironde

Victime de la pilule de troisième génération en 2006, la jeune fille a porté plainte contre le laboratoire Bayer il y a 3 ans. Elle continue aujourd'hui à se reconstruire et a créé sa petite entreprise.

Marion Larat au micro de France Bleu Gironde
Marion Larat au micro de France Bleu Gironde - Mélanie Delaunay

Bordeaux, France

Invitée à l'émission Place des Grands Hommes sur France Bleu Gironde, Marion Larat est revenue sur sa situation avec la justice. Elle se bat depuis trois ans. 

Si je bégaye c'est normal, j'ai eu un AVC 

— Marion Larat

Marion Larat mène un véritable combat depuis son AVC survenu suite à la prise de la pilule "Meliane". Une pilule de troisième génération fabriquée par le géant pharmaceutique allemand Bayer. Lorsqu'elle apprend que c'est à cause de sa contraception qu'elle a failli mourir, la jeune fille part en croisade : "une croisade pour toutes les femmes qui sont mortes, une croisade contre les laboratoires qui nous tuent".  Elle porte plainte contre le laboratoire "qui a sa part de responsabilité". 

Niveau justice, c'est au point mort. Marion Larat n'a ni gagné, ni perdu. Elle souhaite une seule chose : que les personnes du laboratoire en charge de cette pilule soient condamnées

Je vis avec 800 euros par mois

Aujourd'hui, la jeune fille se reconstruit comme elle peut. Battante dans l'âme, elle co-écrit en 2013 un récit "La pilule est amère" avec sa soeur Pauline. "Ce n'est pas avec mes 800 euros par mois que je vais vivre", dit-elle. 

Mais l'argent, elle s'en moque. Ce qu'elle veut, c'est avant tout donner du travail à ceux qui n'en n'ont pas : "je veux m'associer avec des personnes cassées par la maladie". Et grâce au service civique, elle crée sa petite entreprise de bas de contention. "Quand j'étais bloquée à l'hôpital, j'étais horrifiée en voyant les bas de contention. Maintenant, un bas de contention doit être sexy et à la mode !"

Pleine de projets, Marion bénéficie d'un grand soutien de la part de ses proches, "toujours avec moi" conclut-elle. 

Pour réécouter l'émission Place des Grands Hommes avec Nicolas Fauveauhttps://www.francebleu.fr/emissions/place-des-grands-hommes/gironde/marion-larat-une-nouvelle-vie