Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le Conseil d'État valide la chasse à la glu dans le Sud-Est

Le recours de la Ligue de protection des oiseaux contre la chasse à la glu a été rejeté par le Conseil d'État pour cinq départements du Sud-Est. Les chasseurs parlent d'une victoire sur les mensonges. La LPO dénonce une pratique qui menace les espèces protégées et envisage un recours européen.

Le conseil d'Etat valide la chasse à la glu dans le Sud-Est
Le conseil d'Etat valide la chasse à la glu dans le Sud-Est - ANDCTG

Vaucluse, France

Le Conseil d'État a validé vendredi 28 décembre la chasse à la glu dans les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Alpes-Maritimes, des Bouches-du-Rhône, du Var et du Vaucluse, soit une bonne partie de la région PACA. La Ligue de protection des oiseaux (LPO) avait déposé un recours contre cette chasse traditionnelle dans la région. Les grives et les merles sont capturés avec de la glu sur des baguettes ou des branches d'arbres. La LPO étudie désormais la possibilité de déposer un recours devant la Cour européenne de justice.

Chasse sélective ou blessures avec la glu et les solvants

L'association de défense des chasses traditionnelles à la grive (ANDCTG) apprécie cette décision du Conseil d'État. Eric Camoin, le président de cette association, espère ainsi en finir avec les arguments des défenseurs des oiseaux : "c'est surtout une victoire contre les mensonges et l'idéologie." Les opposants "disent sans arrêt que la chasse à la glu n'est pas sélective, que les oiseaux sont abîmés et maltraités : c'est complètement faux ! Les oiseaux sont attrapés, nettoyés et ils vivent très longtemps en volière. Si nous voulons que l'oiseau chante, il faut qu'il soit entretenu. Qu'on nous raconte pas de blagues : il faut que ça s'arrête. Le conseil d'Etat vient de dire stop, c'est rejeté encore une fois", assène Eric Camoin.

Le directeur général de la LPO rétorque que la chasse à la glu menace les oiseaux, surtout que des espèces protégées sont capturées par la glu. Yves Vérilhac avait fourni au Conseil d'Etat des avis d'experts vétérinaires qui témoignent "de l'effet irréversible" de cette pratique : "Pas seulement la glu. Il y a aussi des diluants utilisés sur les oiseaux. Les oiseaux sont fragiles. Les manipuler pour les dégager de la glu, les nettoyer avec de l'essence F4 a des conséquences. Nous avons plusieurs exemples despèces protégées tuées. Nous avons trouvés englués des mésanges, des fauvettes, des gros becs, récemment un faucon crécerelle. Donc très clairement cette pratique n'est pas sélective."

Chasser tranquillement à la glu ou en finir dans cinq ans ?

L'association de défense des chasses traditionnelles à la grive doute que la décision du Conseil d'État apaise les relations avec les défenseurs des oiseaux. Eric Camoin, son président, demande "que les pratiquants à la glu puissent chasser tranquillement". Concernant les opposants à cette chasse, il affirme que "s'ils n'aiment pas cette pratique, qu'ils ne viennent pas m’embêter. Le Conseil d'État vient de leur dire une nouvelle fois. La dérogation, c'est chasser en petite quantité. Ce sont les quotas avec des carnets de prélèvements".   

Pour le directeur général de la Ligue de protection des oiseaux, Yves Vérilhac, l'argument des quotas n'est pas valable car ces quotas sont mal contrôlés : "le Conseil d'État dit que si l'arrêté était bien appliqué, il n'y aurait pas de casse. Comment on sait combien ils en capturent ? En fin d'année, ils produisent des carnets, comment on sait qu'on a atteint le quota ? Qui nous dit que c'est pas dépassé ? Tout ça, c'est de la rigolade. Ça ne tiendra pas" devant une autre juridiction. 

La LPO envisage un recours devant la Cour européenne de justice pour mettre fin à cette chasse : "sous prétexte de tradition, on ne peut pas faire n'importe quoi. La biodiversité est en chute libre : -30% sur les oiseaux des champs. Jouer à coller des oiseaux, c'est dépassé. On peut se donner rendez-vous dans cinq ans : la chasse à la glu sera finie", prédit le directeur général de la LPO.

Une mésange bleue victime de la chasse à la glu - Aucun(e)
Une mésange bleue victime de la chasse à la glu - Yves Vérilhac - LPO
Choix de la station

France Bleu