Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Incompréhension : le Conseil Départemental de Côte-d'Or ne subventionne plus La Vapeur et l'Opéra de Dijon

-
Par , France Bleu Bourgogne

Cette année, La Vapeur et l'Opéra de Dijon ne recevront pas les subventions habituelles de la part du Conseil Départemental de Côte-d'Or. Face à des explications confuses, les deux établissements ne comprennent pas.

La Vapeur
La Vapeur © Radio France - Sophie Allemand

Côte-d'Or, France

Mauvaise surprise pour la salle de musique La Vapeur et l'Opéra de Dijon cet été. Les deux établissements ont reçu un courrier du président du Conseil Départemental, signalant la suspension des subventions cette année. Ces subventions existaient depuis de nombreuses années et représentaient 50 000 euros pour chacun de ces établissement publics. 

Une perte de 50 000 euros pour ces deux établissements

La Vapeur fonctionne sur un budget global de 2 millions d'euros, la part de financement public est de 900 000 euros au total. Ils perdent donc 50 000 euros : "ça peut paraître peu en valeur relative mais c'est important puisque l'on a des budgets assez contraints, explique Yann Rivoal, directeur de la salle de concert. On est déjà un peu en sous-effectif par rapport à nos besoins. On compense mais ce n'est pas évident. On était plutôt dans un dialogue constructif avec les autres financeurs publics pour tenter de se trouver des marges de manœuvre."

Le département siège au conseil administratif de l'opéra, alors le directeur général Laurent Joyeux ne comprend pas : "on ne peut pas imaginer qu'un membre du conseil d'administration de l'opéra arrête sans prévenir de subventionner la maison. Cela nous met vraiment en difficulté. Cela représente deux emplois au Smic, c'est difficile de se retourner pour l'année en cours. Mais le plus grave c'est que cette politique semble être menée sur les années à venir... Or dans nos métiers, la programmation se réalise très longtemps à l'avance." 

François Sauvadet, président du Conseil départemental, lui, répond "qu'en raison des contraintes financières imposées par l'Etat, le Conseil départemental avait décidé de substituer aux traditionnelles subventions de fonctionnement au bénéfice des acteurs de la Culture une logique d'appel à projets. Une position qui avait été initialement présentée aux différents partenaires du Département en septembre 2018. Il est donc erroné de dire que le Département n'avait pas clairement présenté les nouvelles règles d'attribution des crédits départementaux !"

"Pas de contrepartie identifiée au bénéfice de tous les Côte-d'Oriens» ?

«Le Département n'est pas un guichet où les associations viennent retirer leurs subventions sans fournir une contrepartie identifiée au bénéfice de tous les Côte-d'Oriens (...) Ma position est très claire : je souhaite dorénavant que le Département, qui initie de nombreux projets culturels, engage un vrai partenariat, avec de vraies contreparties, avec tous les acteurs culturels, La Vapeur comprise», avance François Sauvadet pour justifier en partie cette suppression. 

Pourtant, l'Opéra accueille 60 000 spectateurs à l'année qui sont loin d'être tous dijonnais : 15 % du public de l'Opéra vient de Côte-d'Or, hors public dijonnais et métropole, mais sans compter le public venu du reste de la région. 

"On n'arrive pas à comprendre, pas non plus pourquoi ça a été si soudain." - Yann Rivoal

Même incompréhension du côté de Yann Rivoal, le directeur de La Vapeur : "c'est totalement faux ! On sait par les chiffres de fréquentation que les gens viennent de tout le département et de bien plus loin. Si on avait les moyens on irait sur tous les territoires en Côte-d'Or, mais on fait pour autant des projets avec des collègues et lycée en dehors de l'agglomération de Dijon." Surtout que La Vapeur est le seul établissement labellisé "Scène de musique actuelle" par le ministère de la Culture dans le département. C'est aussi le seul sur les huit départements de Bourgogne-Franche-Comté "dont le département n'aide plus au développement de la structure. On n'arrive pas à comprendre, pas non plus pourquoi ça a été si soudain."

Une petite guerre politique, peu de temps avant les élections municipales ?

Pour Laurent Joyeux, ce retrait soudain est donc une grande surprise. Il n'y voit qu'une seule explication :  "je crains que ce soit quelque chose de très politique. Je ne comprends pas, La Vapeur et l'Opéra sont certes sur le territoire de la métropole dijonnaise, mais ils irriguent bien au-delà : pourquoi ces deux établissement sont aujourd'hui la cible du conseil départemental ? "

Effectivement, la situation a vite été reprise par les politiques qui ont marqué leur opposition au Conseil départemental : 

La France Insoumise a également diffusé un communiqué indiquant "François Sauvadet doit remettre les subventions à la Vapeur et à l'Opéra de Dijon."

Choix de la station

France Bleu