Société

Le côté obscur, c'est la force du marathon de Bordeaux

Par Arnaud Carré, France Bleu Gironde samedi 18 avril 2015 à 8:00

Une visite de Bordeaux by night au programme des 18 000 participants.
Une visite de Bordeaux by night au programme des 18 000 participants. © MaxPPP

Ils seront 18 000, toutes courses confondues, à courir en nocturne samedi dans les rues de Bordeaux. Une spécificité qui n'est pas étrangère à l'attrait suscité par le rendez-vous bordelais.

On ne saura jamais combien les organisateurs auraient pu amener de monde sur la ligne de départ, place des Quinconces. Mais au rythme où la liste des inscriptions s'est remplie, facile d'imaginer que la barre des 20 000 voire des 25 000 aurait pu être franchie.

Le concept n'est pourtant pas nouveau . Il existe depuis plusieurs années à Bilbao, Singapour ou Luxembourg . En France, en revanche, c'est une première pour un marathon même si des courses comme la "Sainté-Lyon" exploitent déjà la force du côté obscur.

Bordeaux va donc s'offrir une vitrine illuminée et les participants pourront dire : "J'y étais".

Le retrait des dossards, l'un des rituels d'avant-marathon. - Radio France
Le retrait des dossards, l'un des rituels d'avant-marathon. © Radio France

Si la traversée de la ville aura un côté féérique, il s'agit d'abord d'un marathon et donc d'une épreuve exigeante qui sera sans pitié avec ceux qui se seront mal préparés.

Vivement 20h !

C'est donc un mélange d'excitation et d'appréhension pour les runners qui vont se lancer dans l'aventure.

Le marathon de Bordeaux, "the place to be" samedi soir. - Radio France
Le marathon de Bordeaux, "the place to be" samedi soir. © Radio France

Le principal danger qui les guette concernera paradoxalement l'avant-course . A 20h, heure du départ, les organismes auront déjà enduré la journée et les coureurs vont donc s'élancer, sans le savoir, déjà diminués .

Benjamin Malaty : "On peut perdre beaucoup d'énergie pendant la journée"

Si les principes fondamentaux du marathon (alimentation riche en glucides, hydratation, gestion de l'allure) restent les mêmes, les participants ont tout intérêt à ne pas se disperser physiquement et psychologiquement lors d'un samedi qui paraîtra une éternité pour les anxieux et les impatients .

A LIRE AUSSI :

L'invasion des runners

Circulez, il y a quelque chose à voir

Les conseils d'un pro avec Benjamin Malaty

42,195km pour sortir du pétrin

 

 

Les Bordelais déjà fiers de leur marathon