Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le coût des nouvelles boites à livres de Changé fait jaser certains habitants

-
Par , France Bleu Mayenne
Changé, France

Depuis début septembre, la mairie de Changé a installé deux boites à livres dans la commune. Fabriquées par un menuisier de la Sarthe, elles ont coûté 6 540 euros, Certains habitants n'en reviennent pas.

Martine Benoist, la présidente de l'association  des Amis de la médiathèque a donné l'idée du projet.
Martine Benoist, la présidente de l'association des Amis de la médiathèque a donné l'idée du projet. © Radio France

Depuis quelques jours, c'est un sujet de discussion dans les rues de Changé. À l'initiative de l'association des Amis de la médiathèque en janvier, deux boites à livres (appelées "boites à lire" à Changé) sont désormais à la disposition des habitants. L'une se trouve dans le parc des Ondines et l'autre aux abords du jardin Bouquetier. Chacun peut venir déposer ou emprunter un vieux livre dans ces petites meubles d'environ 1,5 mètre de haut. Un moyen de partager ses lectures, mais aussi d'en découvrir de nouvelles gratuitement. Sauf que le coût de cette nouvelle installation indigne certains habitants. 

Des boites à près de 6500 euros

Pour Maryse, investir 6 540 euros dans ces boites est "complètement aberrant. Vous avez vu le prix que ça représente. Peut-être qu'ils se sont trompés de zéro. On se demande s'il n'y a pas une erreur. C'est sûr que ce projet est un bonne idée, mais pas à un prix pareil enfin. C'est notre argent", s'alarme-t-elle. 

Malgré cette réticence, l'idée de partager des livres plaît aux habitants. Beaucoup utilisent déjà les boites à livres. Un peu plus loin, Daniel, ne voit pas vraiment l'intérêt d'installer de tels meubles à l'extérieur. Pour lui, d'autres solutions auraient été possibles : "On aurait pu avoir éventuellement un endroit comme un local pour faire ces échanges, au lieu de payer des boites aussi chères." Les deux meubles ont été réalisés par un menuisier de Coulaines dans la Sarthe

"Du mobilier recyclé aujourd'hui il y en a partout [...] à la différence ça ne nécessite pas de grands frais." Régis, habitant de Changé

Egalement rencontré dans le centre-ville de Changé, Régis a déjà vu d'autres boites à livres près de sa maison secondaire à la Trinité-sur-mer en Bretagne. À la différence ces dernières ont été faites avec des matériaux de récupération. "Du mobilier recyclé aujourd'hui il y en a partout que ce soit dans les déchetteries ou ailleurs. Tout dépend bien sûr de la qualité de l'objet que vous voulez fabriquer, mais à la différence ça ne nécessite pas de grands frais", commente-t-il. 

Un prix justifié pour le maire Denis Mouchel

De son côté, la mairie dit avoir surtout pensé "au long terme" en investissant dans de tels objets. Pour le maire, le prix est justifié. il fallait un mobiliser à la fois résistant, étanche et fiable : "Si les habitants connaissaient le prix de chaque élément d'équipement urbain que nous avons, là aussi ils seraient surpris. Tout ce qui a été acquis a un coût relativement élevé. Un jeu pour enfant dans un parc, c'est l'équivalent d'une boite à lire. Ce que l'on achète n'est pas fait pour être remplacé au bout de quelques années", pointe l'élu. 

L’association des Amis de la médiathèque et la mairie ont le souhait d'installer de nouvelles boites dans la commune. Et le maire se dit cette fois ouvert à la réflexion. "C'est _un projet débutant_, d'autres sont envisageables, notamment avec le milieu associatif. Il y avait un peu d'urgence car on voyait que c'était quelque chose d'attendu. Maintenant, d'autres choses sont envisageables", continue Denis Mouchel. Le maire pense par exemple au Parc environnemental.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu