Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le crématorium de Laval ouvrira ses portes à l'automne 2020

-
Par , France Bleu Mayenne

Les travaux ont débuté sur le chantier du futur crematorium de Laval. Le projet, qui date de 2015, va donc enfin se concrétiser, avec un an de retard sur le planning prévu. Il devrait permettre de désengorger le crematorium de Mayenne, le seul du département.

Le futur crématorium de Laval s'élèvera à côté du cimetière des Faluères et du jardin du souvenir
Le futur crématorium de Laval s'élèvera à côté du cimetière des Faluères et du jardin du souvenir © Radio France - Nolwenn Quioc

Laval, France

Sur le terrain situé près du cimetière des Faluères, les travaux ont commencé il y a quelques semaines. Les fondations sont construites, et la première pierre du futur crematorium de Laval a été posée ce jeudi 10 octobre. 

Dans un an, à cet endroit se tiendra un grand bâtiment vitré, intégré dans un environnement paysagé, qui permettra d'accueillir les familles et de réaliser, dans un premier temps, 700 crémations par an.

Un projet attendu de longue date

Ce nouvel équipement est attendu depuis plusieurs années. Le projet date de 2015, et a été repoussé plusieurs fois, mais il est désormais sur de bons rails. Le crematorium devrait accueillir les familles "à l'automne 2020" estiment les responsables d'OGF, l'entreprise qui construit et exploitera l'équipement. "C'est une bonne nouvelle" pour Rémi Langeard, le président de l'association crématiste de Mayenne qui accompagne les familles. "C'est sûr que c'est plus pratique que le service puisse être rendu à Laval. C'est un plus pour les usagers".

Éviter aux familles d'aller à Mayenne

Car pour l'instant, il fallait se rendre à Mayenne, où est installé le seul crematorium du département. Un déplacement qui décourage souvent les familles, qui préfèrent alors, lorsque aucune directive n'a été laissée par le défunt, opter pour l'inhumation classique constate Florian Pontrucher, directeur commercial de plusieurs agences de pompes funèbres dans le secteur.

"Quand on a une cérémonie religieuse sur des églises lavaloises, avec ensuite un temps de trajet assez important. qui leur occupait finalement toute la journée sur le recueillement." Aujourd'hui les crémations représentent 30 % des obsèques dans le département, un pourcentage qui devrait évoluer dans les prochaines années avec la construction du crématorium et l'évolution des mentalités.

Le crématorium de Mayenne ne répond plus aux besoins

Le nouveau crematorium devrait aussi permettre de désengorger celui de Mayenne. Bien souvent, les familles devaient attendre un ou deux jours supplémentaires pour célébrer les obsèques d'un proche. "C'est une vraie problématique, explique Michel Millet, directeur délégué Ouest d'OGF. Vous avez une capacité limitée qui est liée au nombre de fours dans le crématorium. De ce fait là, à un moment donné le planning est rempli, et vous êtes soit obligé d'attendre ou d'aller plus loin".

Le choix d'une délégation de service public pour gérer le crématorium s'explique par la volonté de confier ce travail à des professionnels, détaille le maire de Laval et président de l'agglomération, François Zocchetto. "Il faut avoir affaire à des professionnels, il y a des familles qui demandent des rituels, une prise en charge attentive des familles qui doivent être faites. Il faut faire appel à des professionnels reconnus".

D'autant que le nombre de crémations devrait augmenter d'année en année. D'après les prévisions, en 2030, la crémation devrait concerner la moitié des obsèques.

Choix de la station

France Bleu