Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le cri d'alerte de la Ligue des droits de l'homme contre les caméras vidéo à Nîmes

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Pour la section nîmoise de la Ligue des droits de l'homme, la multiplication des caméras de vidéosurveillance dans le chef-lieu du Gard porte atteinte à notre vie privée.

Les caméras de surveillance en face des arènes de Nîmes, sur la façade du tribunal.
Les caméras de surveillance en face des arènes de Nîmes, sur la façade du tribunal. © Radio France - Guillemette Franquet

Nîmes, France

Jean Launay, coprésident de la section nîmoise de la Ligue des droits de l'homme, dénonce les 200 caméras de vidéosurveillance de la ville de Nîmes et les bientôt 600 caméras de l'agglomération. L'adjoint à la sécurité de la ville de Nîmes, Richard Tibérino, précise qu'il y en a 421 en ville. 

À la fois inefficaces et chères selon Jean Launay, les caméras ne permettent pas de nous protéger réellement de la délinquance : "À Marseille, par exemple, sur 60.000 faits de délinquance, seuls 105 ont été élucidés grâce à la vidéosurveillance, c'est-à-dire 0,17%. Les délinquants, ils savent qu'il y a une caméra, ils vont à côté."

Des propos contestés par l'adjoint à la sécurité de la ville de Nîmes. Richard Tibérino affirme de son côté que 10% des arrestations sont permises grâce aux caméras de vidéoprotection. Une centaine de caméras doivent encore être installées, à raison d'une vingtaine par an.

Les Nîmois divisés sur la question

Les Nîmois sont nombreux à s'interroger sur leur présence. Perle, infirmière à Vauvert, fait partie des inquiets : "Les caméras peuvent être utiles en cas d'agression mais on n'a plus aucune liberté, on est carrément sans arrêt épiés. Je plains les générations à venir."

À l'inverse, Juliette, 15 ans, avoue ne pas trop se préoccuper de la présence des caméras vidéo. La lycéenne se sent même plutôt protégée : "Si je me fais agresser, que personne n'a rien vu et que je vais en justice, on ressort la caméra et ça permettra de faire une sorte de preuve."

Les Français plébiscitent les caméras : nous sommes 80% à nous dire rassurés par leur présence.