Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Tour de France 2019

Le cycliste mayennais Anthony Geslin sur l'abandon de Thibaut Pinot : "Désabusé, déçu, très triste pour lui"

-
Par , France Bleu Mayenne

Le Français Thibaut Pinot a quitté, ce vendredi après-midi, le Tour de France dans les Alpes. Touché à la jambe gauche, le cycliste de la formation Groupama-FDJ, 5e au classement général, a été contraint d'abandonner à 86 kilomètres de l'arrivée, les larmes aux yeux.

Le Français a abandonné à 86 km de l'arrivée, alors qu'il était distancé après avoir été soigné à plusieurs reprises autour du genou
Le Français a abandonné à 86 km de l'arrivée, alors qu'il était distancé après avoir été soigné à plusieurs reprises autour du genou © AFP - AFP - Marco Bertorello

Château-Gontier, France

Thibaut Pinot a abandonné le Tour de France, à deux jours de l'arrivée sur les Champs-Elysées alors qu'il était encore en position de monter sur le podium. Le protégé du Renazéen Marc Madiot, cinquième du classement général, diminué par une lésion musculaire, était en larmes quand il est monté dans une voiture de son équipe. 

L'ancien équipier mayennais de Pinot, le Castrogontérien Anthony Geslin, était devant sa télé quand il a découvert les terribles images de l'abandon : "désabusé, déçu, très triste pour lui. On l'a vu en haut de l'affiche dans ce Tour, dans les Pyrénées. Et puis, là, aujourd'hui, une fin compliquée. C'est quelque chose qui doit être très dur à vivre. A chaque fois, malheureusement, quand il est en bonne position sur un grand Tour, comme au Giro l'an dernier, il a une pneumopathie à 3 jours de l'arrivée. On peut imaginer tous les sacrifices pour arriver en grande forme sur ce Tour de France. Etre à ce niveau de performance et le moindre grain de sable, tout s'écroule, ça doit être très dur à digérer. Très, très déçu. C'est la dure loi du sport". 

Choix de la station

France Bleu