Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le DAL-Nîmes réquisitionne deux immeubles pour des sans-papiers sans-abri

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Onze familles, soit une quarantaine de personnes dont des enfants en bas-âge, ont un toit sur la tête à Nîmes, dans deux immeubles abandonnés et réquisitionnés de la rue Pierre-Semard par les militants du Droit au Logement, qui en appellent au préfet du Gard pour qu'il fasse preuve d'humanité.

Des sans papiers à Nîmes mais aussi des êtres humains.
Des sans papiers à Nîmes mais aussi des êtres humains. © Radio France - Ludovic Labastrou

Nîmes, France

Onze familles, soit une quarantaine de personnes dont des enfants en bas-âge, ont un toit sur la tête à Nîmes, dans deux immeubles de la rue Pierre-Semard. Des immeubles abandonnés (ayant appartenu à la SNCF) et réquisitionnés par les militants du DAL (Droit au Logement) en septembre dernier. Il s'agit de sans-papiers visés par des obligations de quitter le territoire, mais qui veulent rester ici. Le DAL rend publique cette action et en appelle au préfet.

"Les traits sont marqués par des moments de vie là-bas qu'on ne souhaite pas connaître."

Venus d'ex-Europe de l'Est, ou de la Méditerranée. Des menaces là-bas, des galères ici. Ils sont venus, ils sont ici. Les enfants sont scolarisés, les maris, les femmes travaillent ou se débrouillent. Il survivent, mais espèrent tant de la France, comme Monica et sa famille.  

"On a dormi dans la voiture, sans eau, sans manger. Maintenant on a un toit mais on veut rester ici." 

Il y a aussi Najia, cinq enfants, un mari qui travaille : "On a fait des demandes, toutes refusées". Cette famille venue du Maroc est installée à Nîmes depuis 2016. 

"Mon fils a chanté La Marseillaise devant le Monsieur le préfet. J’espère qu'il entendra notre galère."

Le DAL-Nîmes, devant "l'insupportable", a réquisitionné pour ces 11 familles deux immeubles abandonnés. Une solution transitoire. "Dans une ville où il y a des logements inoccupés, il faut trouver du durable", dit Roger Mathieu, militant de longue date. 

"Didier Lauga a du cœur, je crois. Il a le devoir de le faire et de régulariser ces situations." 

Les militants du DAL-Nîmes devraient être reçus ce jeudi en préfecture. Ils appellent aussi à un rassemblement. 

Avec la réquisition de deux immeubles abandonnés, une action forte, le DAL-Nîmes souhaite donner auprès de la population davantage de visibilité à "ces gens qu'on croise, mais qu'on ne voit pas". "Des sans-papiers, des invisibles, dit Marc Livecchi. Ils vivent, travaillent, paient des impôts, les gosses vont à l'école". Un logement et enfin des papiers, demande le DAL-Nîmes : "Une goutte d'eau et un geste d'humanité".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu